Weboscope mesure d'audience, statistiques, ROI
Classement des meilleurs sites et positionnement

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/03/2014

REISHIKI / SON UTILISATION AUX EXAMENS DE GRADES DAN.

SOUS LA FORME PDF (SUR LE LIEN)

OU TEXTE CI-DESSOUS

COORDINATION TECHNIQUE

ENTRE

LA F.F.A.A.A. & LA F.F.A.B.

 

REISHIKI /

SON UTILISATION

AUX EXAMENS DE GRADES DAN

 

RESPONSABLES :

FFAAA                            FFAB

         Franck NOËL                       Malcom T. SHEWAN

Bernard PALMIER               Toshiro SUGA

Christian TISSIER               René TROGNON

  

Le sens de l'étiquette lors du déroulement des examens

Reishiki est un mot japonais que nous traduisons généralement par le mot "étiquette" tout simplement. Et, pour une fois, la simplicité de la traduction est de bon aloi. Reishiki est composé de deux caractères : Rei qui signifie salut, salutation, courtoisie, étiquette ; et shiki qui signifie cérémonial, formalité, rite, règle de l'art, officiel.

Le caractère Rei lui-même est composé de deux radicaux- shimeesuhen d'une part, et Yutaka. Shimesu signifie "montrer ou mettre en évidence" et Utaka "richesse". Ensemble, on peut dire que le caractère Rei signifie "mettre en évidence sa richesse intérieure". Comme c'est si souvent le cas avec la langue japonaise, d'autres expressions existent et sont employées pour exprimer l'étiquette- Reigi, Reigi-Saho, Rei-ho, Rei-jo, Rei-san, Reisetsu, Gi-rei, etc.… Mais c'est le mot Reishiki qui est le plus couramment utilisé en Occident et qui, globalement, exprime le mieux l'étiquette du Budo qui nous concerne ici.

Ce n'est pas le sujet ici de présenter une définition exhaustive du sens de l'étiquette (Reishiki). Il suffit de dire qu'il constitue un aspect technique et éducatif aussi important pour l'évolution du pratiquant que n'importe quelle autre base technique qu'il est appelé à étudier en Aïkido (ou en tout autre Budo). Dépourvu du concept de Reishiki, les Budo ne sont que des méthodes violentes de combat. La maîtrise de Reishiki est donc une manifestation du plus haut niveau de maîtrise de la discipline. Par ailleurs, Reishiki est peut-être le premier résultat concret que le pratiquant est susceptible de laisser transparaître dans la vie de tous les jours, c'est à dire en dehors du tatami, car en effet, il aura certainement plus l'occasion de faire usage du Reishiki quotidiennement que de ses techniques de combat.

Pour définir une étiquette pour tous les examens de grades, de Brevet d’État ou autre, sans parler d'une base pratique de son utilisation dans les Dojo (lieu où l’on pratique la voie) lors des entraînements quotidiens, il faudrait distinguer plusieurs situations. De même, il doit être clair que le Reishiki n'est pas quelque chose de figé, une sorte de rituel immuable, dont il suffit de suivre la formule pour bien le faire. Il est "vivant" et aucune exécution "machinale" ne saurait remplacer la véritable compréhension du sens profond de Rei.

Il s'agit plutôt d'un langage sans parole dont l'exécution correcte, dictée par une

perception juste des circonstances, permet au pratiquant d'exprimer une attitude, un sens et une compréhension, souple et hautement nuancée, de lui-même et de sa place dans le "maintenant".

On ne peut pas non plus en faire "une tablette de pierre", où est gravé un Reishiki immuable et obligatoire (un danger, toujours présent, qui guette toute idée couchée par écrit !).

Il faudrait plutôt définir les "grandes lignes" à respecter et proposer, d'une manière générale, mais néanmoins correcte et convenable, le déroulement du Reishiki au cours des examens.

Le Reishiki fait partie du premier critère "Connaissance Formelle des Techniques".

Les éléments observables doivent être le reflet d'un état d'esprit harmonisé aux principes de l’Aïkido {modestie, absence d'agressivité, de l'orgueil, être sans ostentation (shinobu), et ainsi de suite}. Pendant le passage de grade, le respect de Uke (Aite) et la concentration font partie du Reishiki.

Il est à noter que dans un dojo, le kamiza (mur d’honneur) constitue le point de référence autour duquel tout est orienté. Ceci est une considération primordiale et déterminante pour toutes les questions qui touchent au Reishiki.

Les différentes situations que l'on rencontre lors des examens sont :

a) Le candidat vis-à-vis de lui-même ;

b) Le candidat vis-à-vis de son partenaire ;

c) Le candidat vis-à-vis du jury d'examen ;

d) Le jury d'examen vis-à-vis du candidat ;

e) Le jury vis-à-vis de lui-même.

A) LE CANDIDAT VIS-A-VIS DE LUI-MÊME

Lors des examens, le candidat doit être en mesure de démontrer sa propre compréhension de la notion d'étiquette, par l'assurance qu'il dégage de son exécution du Reishiki dans toutes les situations. C'est-à-dire, au travers de sa perception et évaluation correcte de la situation, il sait ce qu'il doit faire, comment il doit le faire, et à quel moment, sans être dirigé ou repris par une intervention de jury. Il ne doit pas non plus avoir besoin de recourir à l'aide quelconque d'autrui (son partenaire, d'autres candidats, etc…) pour être rassuré sur son exécution de Reishiki. Le candidat assume la responsabilité de lui-même, en coordination avec la situation globale de l'examen, il se prend en charge lui-même dans le "maintenant".

Tenue vestimentaire : Keikogi (vêtement de pratique) et Hakama en bon état et propre. Zori compatibles avec la pratique d'un budo.

Montée sur les Tatamis (à titre d'exemple) :

Le candidat montera sur le tatami, tenant dans la main droite les armes (bokken, tanto, jo) nécessaires (selon le niveau de son passage), des façons suivantes :

SOIT

- Il enlève ses zori face au tatami, monte, se retourne, pose un genou à terre et retourne ses

zori ; ensuite il se tourne vers le Kamiza et le salue, en Tachi-rei (salut debout);

SOIT

- Il enlève ses zori dos au tatami, monte, se retourne pour Tachi-rei face au Kamiza.

SOIT

- Il enlève ses zori face au tatami, monte, pose un genou à terre et retourne ses zori ; ensuite il se tourne vers le Kamiza et le salue en Za-rei (salut assis à genoux)(salut en seiza).

SOIT

- Il enlève ses zori dos au tatami, monte, se retourne, se met en seiza pour faire Za-rei face au Kamiza ; Ensuite le candidat prendra sa place en seiza parmi les autres candidats en ligne, soit au Shimoza (coté opposé au mur d’honneur), soit au Shimoseki (« petit coté »soit le coté gauche du dojo quand on est placé face au mur d’honneur). Ses armes seront disposées à sa droite.

La ligne (seiretsu) des candidats doit être établie par rapport au bord du tatami de façon à laisser derrière un espace suffisant pour le passage aisé des candidats prenant leur place.

Il est à noter que pendant le passage, tous les candidats en attente doivent garder une posture droite, si possible en position de seiza, sinon en position dite "agura" (en tailleur).

A la fin de l'examen, le candidat exécutera le même processus inversé pour quitter le tatami.

B) LE CANDIDAT VIS-A-VIS DE SON PARTENAIRE

C) Le CANDIDAT VIS-A-VIS DU JURY D'EXAMEN

Lorsque le candidat à examiner (Tori) sera appelé par le jury, il se lèvera, ses armes dans la main droite, et prendra place en seiza, face au jury et au kamiza, sur les marques indiquant la distance de 5 mètres du centre de la zone de tatami réservée à l'examen de son groupe (c'est-à-dire Tori et Uke (celui qui reçoit la technique) (Aite) sont séparés de 10 mètres l'un et l'autre). Il placera ses armes par ordre de taille (sans pointe, ni tranchant en direction du Kamiza) derrière lui et il attendra son adversaire (Uke/Aite). Uke (Aite) en fera de même (en face).

Il est à noter que Tori débutera son examen avec Uke (Aite) choisi, et quels que soient les changements d'Uke (Aite) entre-temps, Tori débutera Buki waza et travail aux armes avec son Uke (Aite) initial et clôturera (lors du Reishiki final) l'examen avec lui.

Les deux candidats s'avancent, soit en shikko (marche à genoux) soit en se mettant debout, jusqu'à la marque les séparant de 6 mètres.

Les candidats se tournent ensemble vers le jury, et lui, sollicite le salut. Ensuite, se retournent face à face et se saluent.

L'interrogation commencera à ce moment.

Durant l'interrogation le candidat continuera à faire le mouvement demandé par le jury jusqu'à ce que ce dernier lui en demande un autre.

Lorsque le jury demande un changement de Uke (Aite) au cours de l'examen, les candidats s'arrêteront et se salueront à une distance convenable. Uke (Aite) se mettra dans la position de Tori pour saluer (si Tori est en seiza, Uke (Aite) se mettra en seiza ; si Tori est debout, Uke (Aite) se mettra debout etc…). Le salut à ce moment sera dépouillé, succinct, mais correct. L'Uke (Aite) qui a ouvert l'interrogation avec Tori se mettra en seiza devant ses armes à la marque de 10 mètres et attendra la suite de son intervention. Le nouvel Uke (Aite) choisi dans la ligne de candidats s'avancera jusqu'à une distance convenable de Tori et le saluera succinctement mais correctement, puis prendra la suite de l'interrogation.

Lorsque la partie de l'examen concernant les techniques à main nue se terminera, Uke (Aite) initial reprendra son travail avec Tori pour Buki Waza (pratique des armes).

TAI BUKI WAZA (à priori 1 à mains nues, 1 avec une arme)

Note concernant le concept de Ri-ai (système qui compose et organise l’aïki)

En Aïkido, le concept de Ri-ai existe sous deux formes. Plus habituellement dans le Budo, le terme Ri-ai est employé pour désigner la "logique de construction technique". Il est utilisé ainsi dans le deuxième critère d'examen. En revanche, un deuxième sens, ni très éloigné, ni contradictoire, existe pour les pratiquants d'Aïkido. Ri-ai, dans ce deuxième sens, indique "l'unité fondamentale qui lie toutes les techniques entre elles". Ainsi, un mouvement en Tachi waza (travail debout) est relié par son principe à un mouvement en Ushiro waza (travail arrière), ou en Ken, ou en Tanto, ou en Jo, ou en Atemi (frapper le corps) waza.

Cependant l'introduction d'un élément nouveau (l'arme) demande une légère adaptation dans le Reishiki. Non pas dans son sens profond mais plutôt dans son expression technique. Il faut prendre en considération le fait qu'on ait une arme en main.

TANTO DORI (dori : saisir, élaborer des techniques en saisissant le tanto de uke) :

Aite se munira de son tanto, soit en s'accroupissant le dos droit, soit en posant un genou à terre, soit à partir de la position seiza. Un salut à l'arme n'est pas demandé. Ensuite il s'avancera jusqu'à la marque des 6 mètres. Durant ce temps, Tori se tiendra en attente dans une posture correcte sur la marque de 6 mètres et pourra, si cela s'avère nécessaire, se tourner vers le Shimoza (dos au mur d’honneur) et discrètement arranger son Keikogi. Dans tous les cas, il ne se "baladera" en soufflant comme un boeuf (à l'inverse des moeurs "sportives").

En revanche, il s'agit de savoir qu'un Reishiki bien géré constitue un moyen efficace de rythmer sa prestation. Les deux adversaires se saluent en Tachi-rei, Aite tenant le Tanto en position de Sage-to (position debout du Kendoka, Shinai tenu librement de la main gauche. On utilise aussi plus souvent TEITO), et l'interrogation continue.

En Tanto Dori, le désarmement de l'adversaire est obligatoire. Pour rendre l'arme à Aite, Tori tiendra le Tanto dans le creux de sa main, tranchant vers le haut et la pointe vers lui-même. Aite reprendra l'arme, faisant preuve de contrôle sur lui-même, et sans précipitation, pour rétablir la distance correcte et des conditions d'attaque convenables.

A la fin du travail de Tanto Dori, Tori rendra l'arme à Aite et tous les deux reprendront une distance correcte pour Tachi-rei (succinct). Aite remettra le tanto à sa place.

JO DORI (élaborer des techniques en saisissant le Jo de Uke) :

Aite se munira du Jo soit en s'accroupissant le dos droit, soit en posant un genou à terre, soit à partir de la position seiza. Un salut à l'arme n'est pas demandé. Ensuite il s'avancera jusqu'à la marque des 6 mètres. Durant ce temps, Tori se tiendra en attente correcte sur la marque de 6 mètres. Dans tous les cas, il ne se "baladera" pas en soufflant comme un boeuf (à l'inverse des moeurs "sportives"). Les deux adversaires se saluent en Tachi-rei, Aite tenant le jo dans la main droite, la pointe vers le bas et l'interrogation continue.

En Jo Dori, le désarmement de l'adversaire est obligatoire. Pour rendre l'arme à Aite, Tori tendra le Jo des deux mains. Aite reprendra l'arme, faisant preuve de contrôle sur lui-même, et sans précipitation, pour rétablir la distance correcte et des conditions d'attaque convenables.

A la fin du travail de Jo Dori, Tori rendra l'arme à Aite et tous les deux reprendront une distance correcte pour Tachi-rei (succinct). Aite remettra le Jo à sa place. Dans le cas où le jury souhaiterait interroger le candidat sur le Jo Nage Waza (élaborer des techniques en projetant avec le Jo)- Tori gardera simplement le Jo et Aite pourra saisir l'arme à la main nue pour la poursuite de l'examen. Lors de ce changement, aucun salut (Rei) n'est nécessaire.

Cependant, à la fin de l'interrogation Jo Dori - Jo Nage Waza, Tori rendra l'arme à Aite, Ils feront Tachi-rei (succinct) et Aite remettra l'arme à sa place.

TACHI DORI (élaborer des techniques en saisissant le sabre de Uke) :

Tachi Dori n'est demandé qu'à partir du 3ème Dan. Aite se munira d'un Bokken soit en s'accroupissant le dos droit, soit en posant un genou à terre, soit à partir de la position seiza. Un salut (Tachi-rei) à l'arme est acceptable (mais pas obligatoire) vu le symbolisme attaché au Ken. Ensuite il s'avancera, tenant son arme dans la main droite en Sage-to, jusqu'à la marque des 6 mètres. Durant ce temps, Tori se tiendra en attente correcte sur la marque de 6 mètres. Dans tous les cas, il ne se "baladera" pas en soufflant comme un boeuf (à l'inverse des moeurs "sportives"). Les deux adversaires se saluent en Tachi-rei, Aite (Uchidachi) (le sabre qui frappe) Uke tenant le Bokken toujours en Sage-to dans la main droite. Ensuite il passe le Ken sur le côté gauche ( TAI TO : "

Sabre à la ceinture ". Position debout du Kendoka (style "garde à vous"), l'arme tenue par la main gauche en dessous de la Tsuba, arme au niveau de la ceinture. Il dégaine et il assume son Kamae. L'interrogation continue.

En Tachi Dori, le désarmement de l'adversaire est obligatoire. Pour rendre l'arme à Aite (Uchidachi) Tori tendra le Bokken des deux mains, le tranchant vers le haut et la poignée vers l'adversaire. Aite reprendra l'arme, faisant preuve de contrôle sur lui-même, et sans précipitation, pour rétablir la distance correcte et des conditions d'attaque convenables.

A la fin du travail de Tachi Dori, Tori rendra l'arme à Aite (Uchidachi) et tous les deux reprendront une distance correcte. Aite (Uchidachi) rengainera en Taito et passera le Ken sur le côté droit en Sage-to pour saluer Tori en Tachirei (succinct). Aite (uchidachi) remettra le Bokken à sa place.

Tachi Tai Tachi (un sabre chacun) :

Tachi Tai Tachi n'est demandé qu'à partir du 4ème Dan. Tori (Shidachi) et Aite (Uchidachi) se muniront d'un Bokken soit en s'accroupissant le dos droit, soit en posant un genou à terre, soit à partir de la position seiza. Un salut (Tachirei) à l'arme est acceptable (mais pas obligatoire) vu le symbolisme attaché au Ken. Ensuite ils s'avanceront, tenant leur arme dans la main droite en Sage-to, jusqu'à la marque des 6 mètres. Les deux adversaires se saluent en Tachi-rei, tenant le Bokken toujours en Sage-to dans la main droite. Ensuite ils passent le Ken sur le côté gauche (Tei-to), ils dégainent et ils assument leur Kamae. L'interrogation continue.

Si lors du travail du Tachi il y a un désarmement de l'adversaire, Tori (Shidachi) rendra le Ken à Aite (Uchidachi) selon les critères définis par le Reishiki pour Tachi dori dans la mesure du possible. Aite reprendra l'arme, faisant preuve de contrôle sur lui-même, et sans précipitation, pour rétablir la distance correcte et des conditions d'attaque convenables.

A la fin du travail de Tachi tai Tachi, Tori (Shidachi) et Aite (Uchidachi) reprendront une distance correcte. Ils rengaineront en Tai-to pour se saluer en Tachi-rei (succinct). Ils remettront les armes à leur place.

TANINZU GAKE (attrapé par une multitude de partenaires)

Taninzu Gake aura lieu à la fin des interrogations de Tai Buki Waza. L'Uke (Aite) initial du candidat (Tori) y participera, secondé par un ou plusieurs autres Uke (Aite) choisis parmi les candidats en attente. Les adversaires approcheront du côté Uke (Aite), salueront Tori en Tachi-rei succinctement et commenceront leurs attaques. A la fin du travail, tous les Uke (Aite) se rangeront du côté Uke (Aite) pour saluer Tori en Tachi-rei succinctement. L'Uke (Aite) initial se mettra à sa place en seiza et terminera le Reishiki final avec Tori pour clôturer l'examen.

D) LE JURY D'EXAMEN VIS-A-VIS DES CANDIDATS

E) LE CANDIDAT VIS-A-VIS DE LUI-MÊME

Le Jury conduira l'examen en Keikogi et Hakama.

L'ouverture de la séance d'examen commencera par un salut formel en seiza entre les candidats et le jury (au Kamiza). Ensuite, le Jury prendra place à la table. Il est attendu de lui qu'il maintienne une tenue qui reflète la dignité et le respect envers la discipline pratiquée, le dojo, les candidats et, plus particulièrement, envers la responsabilité dont il est investi. Les saluts aux candidats seront faits à partir de la position assise. Il prendra soin à poser les questions aux candidats de façon audible et prononcée avec une élocution conforme à la phonétique de la langue japonaise.

Le principe d'intégrité qui est élaboré au 4.2.3 du document "Modalités d'Organisation et de déroulement des Examens de Grade d’Aïkido", dans son esprit, s'applique également au Jury examinateur.

Le jury doit se souvenir que les examens, dont il assure le déroulement, ne sont pas des "éliminatoires". Le but est, plutôt, d'établir une évaluation objective du niveau de pratique du candidat au sein de la discipline dans un sens plus large. C'est-à-dire, un Aïkido qui est, aujourd'hui, pratiqué dans tous les pays du monde et qui possède une énorme variété de "styles" qui lui sont propres, inhérents et qui constituent sa richesse unique parmi les différents Budo actuels.

Pour clore la séance d'examen, le Jury se mettra au Kamiza pour un salut formel avec les candidats. Les délibérations auront ensuite lieu à huis clos.

00:10 Publié dans articles, Blog, liens | Lien permanent |  Imprimer |  Facebook |

17/03/2014

MICHEL BECART

aikido,montluçon asptt,michel becart,acna

 

7e dan Aïkikaï de Tokyo, BEES 2ème degré

Michel Bécart, né le 13 juillet 1946 à Lille, s’est intéressé aux arts martiaux japonais dès l’âge de 12 ans. Il commence par étudier le judo jujutsu avec Maître Jully Philippe et découvre l’Aïkido lors d’une démonstration faite par Messieurs Delforge et Dunière. En 1964, il suit les cours d’Aïkido de Maître Noro au dojo de la gare du Nord puis de la rue Constance à Paris. A l’institut Noro, il rencontre les Maîtres Tamura et Chiba. Michel Bécart suit assidûment ces trois experts qui auront et ont encore aujourd’hui une influence sur sa pratique. Il est élève, élève-instructeur puis instructeur dans cet institut. En 1972, il rejoint Maître Tamura au sein de l’Association culturelle française d’Aïkido (ACFA), qui deviendra l’Union nationale d’aïkido (UNA) puis la Fédération Française d’Aïkido et de Budo (FFAB).

Michel Bécart a aussi travaillé sous la direction d’autres Maîtres, dont Kobayashi, Hikitsuchi, Arikawa et Yamada Senseï. Il a également étudié d’autres arts martiaux tels que le iaïdo, le iaïjutsu, le kenjutsu.
A ce jour, Michel Bécart enseigne l’aïkido à Paris, à l’ACNA, école qu’il a créée en 1980. Il est également Responsable Technique pour l’Union Belge d’Aïkido (U.Be.A.), Fédération ayant la reconnaissance de l’Aïkikaï.



L’ACNA est membre du Sansuïkaï, organisation fondée par Yamada Senseï.

Au cours du Kagami Biraki de l’Aïkikaï de Tokyo qui s’est déroulé le 12 janvier 2014, Michel BECART Shihan a été nommé 7ème dan. Le titre de Shihan lui avait été décerné le 8 janvier 2012 par l’Aïkikaï de Tokyo.

 

16/03/2014

Gracie Jiujitsu Yoga and Stretching Methods

 Mitsuyo Maéda, judoka japonais du Kodokan, est connu pour avoir été le professeur de Carlos Gracie et donc l'initiateur de la création du Gracie Jiu-Jitsu (également connu sous le nom de Jiu-jitsu brésilien )

En savoir plus sur Rickson Gracie  et sur la

dynastie  GRACIE sur le lien

 

Rickson Gracie Ginastica/Yoga


)

00:10 Publié dans articles, Blog, liens, videos | Lien permanent |  Imprimer |  Facebook |

14/03/2014

PHILIPPE GRANGE

aikido montlucon asptt,philippe grangé

Philippe Grangé débute l’Aïkido en septembre 1972. En 1980, il suit Frank Noël car l'enseignement de Yamaguchi Seigo Senseï trouve une résonance en lui.
De janvier 1984 à mars 1993, il part au Japon et pratique à l’Aïkikaï Hombu Dojo, avec les maîtres de l'époque : Ueshiba Kisshomaru, Osawa Kisaburo, Tada Hiroshi, Arikawa Sadateru, Masuda Seijuro, Watanabe Nobuyuki, Ichihashi Norihiko, Endo Seishiro, Shibata Ichiro, Yasuno Masatoshi, Seki Shoji, Osawa Hayato… Pendant neuf années, il suit avec assiduité les cours de Yamaguchi Senseï à l’Aïkikai. Il revient en France en 1993 avec le grade de 4° Dan Aïkikaï.

Il invite régulièrement depuis 2002 Yamashima Takeshi, un ancien élève de Yamaguchi Senseï.
Il enseigne au dojo de Gradignan (33) .
Parallèlement à l’Aïkido, il s’initie à d’autres arts martiaux (Karatedo Shotokan, Boxe Thaï, Shintaido). En 1988, il s’engage dans l’étude du Xingy Quan et du Bagua Zhang, puis en 1990 du Taiji Quan. Il devient l’élève de Maitre Su Dong Chen.

Il dirige des stages en France et en Europe.

Aujourd’hui 6°Dan, il est membre du collège technique de la FFAAA. Il est aussi l’un des experts français dans l’enseignement des arts internes chinois.

Auteur en 2013 du livre "LE CORPS AÏKI la pratique interne de l'aïkido "chez BUDO Éditions

biographie tirée des sites : aïkido.artsinternes-phgrange.com/ et /tenchi-budokan.com

 


12/03/2014

MORITO SUGANUMA

aikido,montlucon asptt,morito,suganuma,aikido auvergne

Morito Suganuma est né en 1942 à Fukushima, au Japon. En  avril 1963, il débute l'Aïkido à l'université où il fait ses études, l'Université d'Asie. L'instructeur est Nobuyoshi Tamura. Il rencontra O Senseï pour la première fois en juin de la même année. Il fréquenta le club de l'université et Tamura Senseï le fit rentrer au HOMBU DOJO en tant qu'étudiant externe. C'est en 1967 qu'il devient uchi-deschi de Morihei Ueshiba. L'enseignement primordial qu'il retient est que nous vivons actuellement et que donc le plus important est de vivre l'ici et maintenant. Après, il est trop tard... IL FAUT DONC FAIRE DE SON MIEUX A CHAQUE INSTANT. La pratique quotidienne en ce temps-là commençait de 6h30 à 7h30 puis à 8h et 10h30, l'après-midi de 15h à 16h ainsi que 17h à 18h, avec le dernier cours de 18h30 à 19h30. Morito Suganuma  étudia également le shodo pendant sa formation.
En avril 1970, le  Doshu Kisshomaru Ueshiba l'envoie à Kyushu, île au sud du Japon, pour répandre l'Aïkido .
En 1981, il rencontre Umeda Zenji, le maître zen, et devient son élève. Il pratique ZAZEN, maintenant depuis plus de trente ans. Il enseigne une classe Zazen une fois par mois dans son centre Dojo au Japon.
Suganuma Senseï dirige "ShoheiJuku Dojo", une organisation avec plus de 110 dojos et plus de 3 000 étudiants. Il voyage dans le monde entier, en Israël, en Hollande, en Norvège, en Chine, au Canada... Il est l'auteur de plusieurs vidéos d'Aïkido  et livres sur l'Aïkido, le zen, la santé et l'attitude mentale correcte.
Morito Suganuma est Shihan, 8e Dan Aïkikaï. Il est aussi Shihan en Shodo.

 

Un entretien avec Suganuma Senseï

en cliquant sur l'image

 

aikido,montlucon asptt,morito,suganuma,aikido auvergne

 

Morito Suganuma Senseï - 51th All Japan Aïkido 2013

 

 

 

 

 

Morito Suganuma, shihan 8th dan - 51st aïkido embukai 2013

 

 

 

 

Aïkido Basics, Shoheijuku Dojo, Japan

Suganuma Senseï nous montre ici les exercices de taïso  indispensables à une préparation du corps. Ces exercices ne sont pas uniquement des mouvements de gymnastique mais ils préparent l'esprit et le corps à la pratique qui suivra.


 

11/03/2014

NEBI VURAL

aikido,montlucon asptt,nebi vural

Nébi Vural est né le 29 septembre 1951 à Çıldır en Turquie. Il débute l’étude des arts martiaux à l’age de15 ans. Il pratique d'abord l'aïkijitsu à l'académie militaire en Turquie puis il commence la pratique de l’aïkido en  mars 1974 sous la direction de Maître Nobuyoshi TAMURA. Très proche des experts japonais, il a été élève des maîtres Yamada, Chiba, Kanaï, Sugano, Saïto, Suganuma, Kisshomaru Ueshiba et du doshu actuel, ainsi qu'élève assidu et dévoué de Maître TAMURA. Nébi Vural est fondateur et directeur technique de l’Organisation Eurasia Aïkido. Il se déplace énormément dans le monde pour dispenser ses connaissances.

Il y a peu de documents sur son parcours mais j'ai eu l'occasion de pratiquer deux fois sous ses directives lors de sa venue à Montluçon et le souvenir est imprégné dans mon esprit d'un personnage

droit, extrêmement martial et d'une technique impressionnante.

 

Deux articles de Léo Tamaki redirigent sur son blog Budo no Nayami

Nébi Vural

 

Nébi Vural, l'homme libre

 

Aïkido - Nébi Vural - 9 octobre 2010 - Auch


 

 

NEBI VURAL SENSEÏ SABADELL 2011.mp4


 

Nebi Vural Senseï - AIKIKEN Aïkido Seminar - 2010, Movie part - 1.mpg

 


 

 

 

 

 

 

10/03/2014

LUC MATHEVET

lucmathevet.JPG

 Après 25 ans de pratique, Luc Mathevet, 6°Dan Aïkikaï est DTR de la  région Rhône-Alpes au sein de la F.F.A.A.A. Né en 1964, il a commencé l'Aïkido en 1983 avec PHILLIPE GOUTTARD comme professeur. Puis rapidement, il suit en parallèle les enseignement de Christian TISSIER, de YAMAGUSHI SENSEÏ, ENDO SENSEÏYASUNO SENSEÏ... Il remercie d'ailleurs Phillipe Gouttard de lui avoir permis de progresser dans la liberté, comme il le rappelle dans l'interview  de Guillaume Erard ci-dessous :

"C'est dû à l'intelligence de Philippe qui m'a laissé suffisamment de liberté pour que je puisse m'épanouir et évoluer. Lorsqu'on enseigne, c'est pour permettre aux élèves d'accéder à l'autonomie et non pas pour former des clones."

 

 INTERVIEW DE GUILLAUME ERARD

 

Interview de Luc Mathevet 6e Dan : Réfléchir l’enseignement de l’Aïkido

 

Aïkido Luc Mathevet, 5th dan Aïkikaï - Dublin, October 2007


 

 

Luc Mathevet Valmeinier 2008


 

 voir d'autres vidéos sur son site par le lien ci-dessous :

http://www.marubashi-club.fr

09/03/2014

Shoji Nishio Senseï, 8° Dan, et Kisaburo Osawa Senseï, 9° Dan

Voici une vidéo où l'on voit Nishio Senseï et Osawa Senseï lors d'un séminaire à Edogawa en 1971.


08/03/2014

PAUL MULLER

 

aikido,montlucon asptt,paul muller,ffaaa

 

Paul Muller, né en 1947, débute l'Aïkido en mai 63 avec Fernand SIMON, à Strasbourg.
Nakazono Senseï ainsi que Noro Senseï venaient souvent enseigner à Strasbourg pour des stages d'une semaine. En 1964 Tamura Senseï, arrivé en France, animera également des stages intensifs de 4 semaines en été avec Nakazono Senseï.
Quand Nakazono Senseï part pour les États-Unis, CHIBA Senseï, installé en Angleterre, vient aider Nobuyoshi Tamura.
C'est durant un séjour au HOMBU Dojo en 1986 qu'il rencontre NISHIO Senseï et suit son enseignement de 1986 à 2005 en tout en pratiquant régulièrement à l’Aïkikaï Hombu Dojo à chacun de ses voyages à TOKYO.
NISHIO Senseï viendra 12 fois en stage officiel en France, invité par la FFAAA, sous sa responsabilité, de 1989 à 2000.


Actuellement 7° Dan.

 

Paul Muller et ses Maitres

aikido,montlucon asptt,paul muller,ffaaaaikido,montlucon asptt,paul muller,ffaaaaikido,montlucon asptt,paul muller,ffaaaaikido,montlucon asptt,paul muller,ffaaaaikido,montlucon asptt,paul muller,ffaaaaikido,montlucon asptt,paul muller,ffaaa

 

 

 

aikido,montlucon asptt,paul muller,ffaaa

POUR AGRANDIR CLIQUER

 

 

INTERVIEW DE PAUL MULLER PAR AÏKIDOJOURNAL

CLIQUER SUR L'IMAGE CI-DESSOUS

http://aikidomontluconasptt.hautetfort.com/media/02/02/1879654897.jpeg

 

suite partielle  (cliquer sur l'image)

aikido,montlucon asptt,paul muller,ffaaa

 

PAUL MULLER PARLE DE SON MAÎTRE NISHIO SENSEÏ

CLIQUER SUR L'IMAGE CI-DESSOUS

aikido,montlucon asptt,paul muller,ffaaa

Moscow Aïkido Seminar Nov 2013 Paul Muller


 

PLUS D'UNE CENTAINE DE VIDÉOS DE PAUL MULLER SUR CE LIEN

EN DÉVELOPPANT"AFFICHER PLUS"

http://www.youtube.com/channel/UCNxVEb4h9aMRYyi_gzyco3A

http://www.dailymotion.com/playlist/xw8m3_aikidorosheim_p...

07/03/2014

MA AI

aikido,montlucon asptt,ma ai

Ma ai correspond en premier lieu à la distance d'espace-temps entre les deux partenaires. C'est une notion assez complexe à définir car elle inclut beaucoup de paramètres. La distance, bien sûr, qui est le plus visible et qui varie continuellement si les deux partenaires sont en mouvement ; cette distance est donc le premier paramètre à gérer, mais aussi le temps nécessaire à combler cette distance pour toucher le partenaire. Cette distance prend en compte également le fait qu'il y ait ou non présence d'armes, la maîtrise de chaque pratiquant dans l'attitude mentale face à une agression et aussi le niveau de pratique de chacun... Le  Ma ai peut être très court ou long, tout dépend de notre maîtrise de l'espace temps, nous savons qu'en fonction du niveau, nous avons une autre approche de cette notion : chez un débutant, même une longue distance paraît trop courte pour réagir, alors que pour un pratiquant plus ancien, elle n'a pas le même impact. Tout réside dans la conscience de ce vide qui existe comme par exemple dans la respiration, le moment entre l'inspiration et l'expiration, ce temps réel peut être perçu différemment par les individus suivant leurs niveaux de pratique ; il peut être étendu à l'infini par les maîtres et nous paraître immensément court. Et pourtant, il existe et peut être étendu... Le Ma ai est de même nature, c'est donc un paramètre complexe, qu'il faut affiner au quotidien dans la pratique afin de ne faire plus qu'un avec le partenaire car si nous brisons ce lien avec le partenaire, il devient impossible martialement parlant de réaliser une technique correcte. Bien sûr, nous pourrions avoir la sensation de" passer" la technique mais si le partenaire est vigilant, il devrait nous faire remarquer la faille. Bien souvent dans nos clubs, avec l'habitude, la répétition, la complaisance, nous en oublions le principal... Le Ma ai est donc l'équilibre qui se crée dans le conflit permettant de le gérer. Souvent nous introduisons la notion d'Atemi qui nous permet de vérifier le bon positionnement.

Dans le livre de Maître Tamura "AÏKIDO", il en parle ainsi :

"Le ai de Ma ai est le même que le ai de aïkido, avec le sens de faire Un, mettre en ordre, harmoniser... Ma ai est donc... l'espace qui naît à la fois du cœur et de l'esprit, de soi-même et de l'autre, et les englobe tous les deux dans une évolution constante de la position la plus avantageuse.

La position d'où il est facile d'attaquer ou de se défendre. Le Ma ai n'est donc pas seulement une notion de distance ; il faut y inclure le mouvement des cœurs dans l'espace. Si j'ai peur, l'espace me semble trop petit, si j'ai trop confiance en moi, l'espace semble grand."

 

Un Ma ai maîtrisé ne laisse aucune possibilité d'action ! Pour preuve, ce film avec O Senseï où Maître Tamura s'évertue à trouver une possibilité de coupe sur son Maître.

La vidéo est de mauvaise qualité, mais largement impressionnante par la maîtrise d'O Senseï.


 

 

 

Voici une traduction TRÈS INTÉRESSANTE de G.Bresset (pratiquant de Kendo 6°Dan) d'un extrait du guide du kendo, sur la notion de Ma ai en kendo

 

CLIQUER SUR L'IMAGE POUR ACCÉDER AU PDF SUR LA NOTION DE MA AI.

aikido,montlucon asptt,ma ai

trouvée sur le site http://www.seidokan-kendo.org/

 

 

00:10 Publié dans articles, Blog, liens, videos | Lien permanent |  Imprimer |  Facebook |