Weboscope mesure d'audience, statistiques, ROI
Classement des meilleurs sites et positionnement

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/01/2014

CHRISTIAN MOUZA

Biographie de son site repostée ici

Christian Mouza débute l’Aïkido dans la région Centre à Tours en 1980 avec Jo Cardot, 6ème dan d’Aïkido. Dès le début de son apprentissage, sa volonté et son intérêt pour la pratique le poussent à suivre l’ensemble des cours proposés par son club. Puis il vient vivre en région parisienne où il rencontre Mr Louis Clériot, 7ème Dan d’Aïkido, qui lui apportera rigueur, détermination et surtout l’envie d’enseigner. Dès la première année, il participe à de nombreux stages animés par des experts français et japonais. C’est au cours de ces différents stages qu’il rencontre Mr Christian Tissier, 7ème dan d’Aïkido Shihan. Ce fut un tournant décisif dans son parcours d’aïkidoka. Depuis, Christian Mouza suit avec un immense plaisir son enseignement lui permettant d’aller toujours plus loin dans l’étude et la compréhension de l’Aïkido.

En septembre 2001, Christian Mouza a été nommé, au sein du collège technique de la FFAAA, DTR (Délégué Technique Régional) de Champagne Ardennes puis, en 2003 de la Corse.

Du fait de ses fonctions, il est jury d’examen pour les passages de grades ceinture noire et examinateur pour le brevet d’état d’éducateur sportif.

Parallèlement, Christian Mouza enrichit sa pratique en étudiant le Chanbara. Après de nombreux stages et un entrainement régulier, il obtiendra son 3ème dan de Chanbara en 2004.

A plusieurs reprises, Christian Mouza s’est rendu au Japon pour améliorer ses connaissances.

Aujourd’hui, Christian Mouza se consacre pleinement à l’enseignement de l’Aïkido. Il dispense des cours dans divers clubs et anime de nombreux stages adulte et enfant en France et à l’étranger.

 



 

Voir les 31 vidéos de son site en suivant le lien en cliquant sur la miniature

Vidéo Aïkido Christian Mouza 30

 

09:23 Publié dans articles, Blog, liens, videos | Lien permanent |  Imprimer |  Facebook |

17/01/2014

MINORU MOCHIZUKI

 

Minoru Mochizuki 03

MINORU MOCHIZUKI

 

Né le 11 avril 1907 d'une famille de Samouraïs, Minoru Mochizuki Shihan a commencé à étudier le Judo à l'âge de 6 ans à la suite d'un déménagement de sa famille à Tokyo. Il s'est éventuellement retrouvé dans le dojo du maître Tokusanbo, le Kendokan, où il pratiquait le Judo. Dans cette même période, il a aussi pratiqué du Gyokushinryu Jujutsu avec Sanjuro Öshiam et du Kenjutsu avec un ex-samouraï. En 1926, il s'est inscrit au Kodokan, dojo de Jigoro Kano Shihan. Il est rapidement devenu un disciple particulier de Kyuso Mifune (10e dan de Judo) à tel point qu'il demeurait chez lui.

 

C'était un temps de pleine expansion pour le Kodokan. Kano Shihan encourageait ses élèves à étudier d'autres disciplines. À cette époque, Minoru Mochizuki Shihan commença l'étude du Katori Shintoryu (entre autres : le Iaï, le Ken, le Bo, le Naginata), du Jujutsu avec Takaji Shimizu au Dojo Mumon et du Kendo au dojo Yushinkan avec Hakuko Nakayama Shihan. Voyant qu'il maîtrisait rapidement ces arts, Jigoro Kano Shihan l'a envoyé étudier au dojo Kobukan sous Morihei Ueshiba Soke. En plus de la tâche évidente d'en apprendre le plus qu'il pouvait, il devait aussi rapporter régulièrement à Kano Shihan un compte rendu de son entraînement et ses progrès.

Mochizuki Ueshiba

 

Au cours de ces rapports et en écoutant les explications de son maître, ils en sont venus à discuter de la meilleure façon d'utiliser l'énergie physique et mentale. Mochizuki Shihan s'est souvenu du sutemi-waza du Gyokushinryu Jujutsu et trouva qu'il représentait parfaitement la façon d'atteindre ce but. Il s'est donc concentré à choisir les techniques de Judo, d'Aïkido et des nombreux autres arts martiaux qu'il avait étudiés pour en tirer celles qui représentaient le mieux les idées de Jigoro Kano. De là est né ce qu'il nomma le Yoseïkan Budo.

 

En novembre 1931, il a ouvert son propre dojo, le Yoseïkan, dans la ville de Shizuoka. Morihei Ueshiba Soke (fondateur) lui a attribué, en juin 1932, deux parchemins de Daïtoryu. Peu de temps après, il a vécu pendant cinq ans en Mongolie où il était instructeur des arts martiaux japonais et il a, à son tour, étudié les arts martiaux chinois.

 

Il fut le premier à enseigner l'Aïkido en Occident lors de son voyage en France comme instructeur de Judo en 1951. Il a ensuite été instructeur de Judo et d'Aïkido à Saigon, au Vietnam, en 1973. A partir de 1976, il a donné chaque année une lecture au Kodokan pour les élèves avancés. Il s'est aussi présenté à la deuxième "Démonstration de l'Amitié", tenue le 25 octobre 1986.

 

Il a longtemps demeuré à Shizuoka, au Japon, au-dessus de son dojo, le Yoseïkan. Il a ensuite vécu quelques années en France, avec son fils, près d'Aix-en-Provence où il est décédé en mai 2003.

A lui seul, il totalise plus d'une cinquantaine de grades dans différentes disciplines.

(Aïkido, Nihon jujutsu, Judo, Katori Shinto ryu, Iaïdo, Karaté, Kendo)

 

 

Interview de Minoru Mochizuki, 1ère partie

 

 

Interview de Minoru Mochizuki, 2ème partie

 

 

Interview de Minoru Mochizuki, 3ème partie

 

Best of the Friendship Demonstrations 1985-1986-1987, part 11


 

 

Mikonosuke Kawaishi, Minoru Mochizuki and André Nocquet


 

....

 

bibliographie tirée du site de l'Association Canadienne d'Aïkido Mochizuki

14/01/2014

TADESHI YAMASHIMA

 

Merci au site  TEN CHI BUDOKAN pour la biographie de

Yamashima Tadeshi Senseï repostée ci-dessous :

cliquer sur le lien pour voir ce site

 

 

 

Takeshi Yamashima -à Areyns/Barcelona 2008.

Takeshi Yamashima Senseï est né au Japon le 12 Septembre 1942. Il a commencé son parcours dans les arts martiaux dès sa « prime » jeunesse par l’étude et la pratique de la lutte et du Sumo car après la deuxième guerre mondiale, les distractions et les activités sportives étaient rares au Japon et parmi les « jeux » de l’époque dispensés à l’école, la lutte et le Sumo étaient prédominants.

Il a aussi beaucoup pratiqué le Kendo lorsqu’il était au lycée.

Yamashima Senseï a débuté l’Aïkido à l’âge de 18 ans à l’université avec les maitres Yamada et Arikawa.

Il a connu et a également pratiqué avec O Senseï Morihei Ueshiba (le créateur de l’Aïkido) pendant 8 ans, puis à la mort de O Senseï, il a suivi les cours d’autres grands Maîtres comme Seigo Yamaguchi Senseï (dont il a été de nombreuses années « Uke »), Saotome Senseï; Osawa Senseï et enfin Masuda Senseï.

Yamashima Senseï enseigne aujourd’hui à Tokyo dans un dojo situé dans le quartier de Chiyoda (au centre de Tokyo) ainsi qu’au rez-de-chaussée de son domicile aménagé en dojo où de nombreux élèves Japonais et étrangers suivent son enseignement et pour certains d’entre eux depuis plus de 30 ans.

C’est en novembre 2002 qu’il est venu pour la 1ère fois en France pour diriger une série de stages tout d’abord à Marseille puis à Rosny-sous-Bois (93) et enfin à Bordeaux. Depuis, à l’invitation d’Alain Guerrier, Philippe Grangé et José Laroncelle, il nous rend visite chaque année.

Yamashima Senseï est également invité pour diriger des stages internationaux dans d’autres pays notamment en Angleterre, aux États-Unis, à Hawaï, en Suisse, en Hollande, en Suède…

 

 

il existe une interview de Yamashima Senseï faite pour "aïkido journal" par Stéphane Benedetti

Il nous parle du relâchement, du travail des hanches... de tout le corps, du lien avec le sabre du Shinkage Yagyu Ryu... A lire !

cliquer sur l'image pour ouvrir le fichier pdf

 

 

Yamashima Senseï - Open and Close - Manchester 2008



 

 

 

Yamashima Senseï in Antwerp 2012


 

 

Yamashima Senseï - Relax - Manchester 2008


 

 

Yamashima Senseï, boulouris 2012, aïkido le luc.



13/01/2014

SEISEKI ABE

POUR FAIRE SUITE AU SHODO

 

 

 

 

Seiseki Abe est né en mars 1915 à Osaka, au Japon.

Il a commencé la voie de la calligraphie ou Shodo avec son père professeur des écoles et calligraphe, en 1934 alors qu'il avait 19 ans. En 1948, il devient professeur de shodo à Osaka. Sa maîtrise du shodo se heurta à un point invisible à l’œil nu pour le néophyte mais primordiale dans la progression intérieure, la profondeur du trait. C'est l'une des qualités qui donne vie à une œuvre calligraphique. Elle peut être considérée comme le cœur et l'âme de la calligraphie japonaise.

Cherchant à investir cette profondeur, il rencontra Kenzo Futaki qui explorait la puissance du misogi. C'était un docteur en médecine et un étudiant d'avant-guerre de Morihei Ueshiba. Il rejoignit donc Misogi no Renseikai (Association de Développement du Misogi). Après peu de temps, cela lui permit de changer son attitude et surtout sa perception de sa calligraphie. C'est à cette époque que Futaki Senseï lui a recommandé de se mettre à la pratique de l’aïkido.



En 1952, Bansen Tanaka [1912-1988] a ouvert un dojo d'aïkido à Osaka. Le lendemain de l'ouverture du dojo, Seiseki Abe remarqua le nom de "Tsunemori Ueshiba" sur le panneau de porte. Connaissant Tanaka mais ne sachant pas qu'il pratiquait l'aïkido, il entra et vit O Senseï pour la première fois. Il se présenta comme un étudiant du docteur Futaki et O Senseï s'intéressa à lui et l'accepta comme étudiant. Abe fut frappé par les similitudes de respiration entre aïkido, shodo et misogi.
Il avait déjà remarqué chez son père le va et vient de sa respiration lors du Shodo.Comme Abe Senseï l'a exprimé lors d'une entrevue : '' Même maintenant, je me souviens de la façon éclatante de la respiration de mon père et il m'a fait une très forte impression, pas seulement l'écriture des lettres, mais le pouvoir de la respiration sur les caractères de l'écriture''.

En 1954, Seiseki Abe a accompagné Morihei Senseï à Shingu pour y assister à l’ouverture du dojo de Michio Hikitsuchi. Le séjour dura un mois, et comme Morihei Senseï détestait voir les gens ne rien faire, il demanda à Seiseki Abe d’enseigner la calligraphie entre les cours d’aïkido. Morihei Senseï le regardait enseigner et petit à petit, il s’y intéressa lui-même. Après ce séjour, O Senseï commença a pratiquer la calligraphie avec Abe Senseï.

calligraphie de O Senseï de la collection de Seiseki Abe

Pendant les dix dernières années de sa vie, O Senseï est venu chaque mois habiter chez Abe Senseï et a enseigné l'Aïkido au dojo qu'Abe Senseï avait construit pour lui. O Senseï a reconnu aussi le rapport des arts martiaux et de la calligraphie, il a donc commencé à étudier la calligraphie sous la direction d'Abe Senseï.

Voici un petit extrait :

Avez-vous commencé votre carrière en aïkido en tant qu’uchideshi ?

Oui, d’une certaine manière, mais en fait c’était Morihei Senseï qui venait chez moi - pour pratiquer la calligraphie comme je l’ai dit - plutôt que l’inverse. Cela me mettait dans la situation assez inhabituelle d’être un uchideshi dans ma propre maison ! Nous avions une chambre à l’écart spécialement pour lui et c’est là que nous avons développé notre relation élève-professeur. Néanmoins, c’était vraiment une relation élève-professeur à l’ancienne basée sur l’esprit strict du bushido. La discipline n’était pas imposée, cependant, mais trouvait son origine dans les attitudes et le comportement qu’adopte naturellement tout uchideshi souhaitant servir son professeur. C’est vraiment la seule manière pour réellement saisir et absorber le “kokyu” de votre professeur. Vivre sous le même toit que votre professeur vingt-quatre heures sur vingt-quatre vous donne accès non seulement à ses connaissances techniques, mais aussi à une compréhension de la manière dont il vit et respire, son style de vie et ses rythmes. C’est un moyen de développer et discipliner votre ki, et par la suite de connaître toutes les facettes de votre professeur. Morihei Senseï venait pendant des période de sept à dix jours à la fois, et être aussi proche de son quotidien pendant des périodes si longues était une expérience vraiment incroyable et précieuse.

Par exemple, en préparant le thé, je devais sentir ou estimer sa soif et ajuster la température en conséquence. Ou en préparant son bain, je devais faire très attention à ajuster précisément la température de l’eau - pas simplement en mettant ma main dedans pour tester directement -, mais en prélevant un peu d’eau dans un seau et en me basant là-dessus. Si je mettais ma main directement, ma peau aurait répandu un petit peu d’huile corporelle dans l’eau et d’une manière ou d’une autre, il l’aurait su. En d’autres termes, servir son professeur signifie être attentif et consciencieux et faire les choses proprement et convenablement, sans prendre de raccourcis. Même en dormant dans une pièce adjacente, ma respiration devait s’accorder à la sienne à tout moment. De telles expériences constituent le côté stupéfiant du rôle d’uchideshi.

Après la mort de Ueshiba en 1969, Abe a continué à enseigner à la fois le shodo et l'aïkido à son dojo à Osaka.

 

Seiseki Abe s’éteint le 18 Mai 2011, à l'âge de 96 ans.

 


 

 

 entretien avec Léo Tamaki :

Abe Seïseki 

 

 

 

Entrevue avec Seiseki Abe

par Stanley Pranin

Aïkido Journal #114 (1998)

Traduction française: Damien Gauthier

 

 

12/01/2014

SHODO

Fukiko Sunadomari avec O Senseï

Le Shodo est l'art de la calligraphie. C'est un Do, une voie,

comme la voie du thé, appelée aussi chanoyu sadō ou chadō  ;
ou l'art de l'arrangement floral nommé Kado ou Ikebana

tout comme l’Aïkido et les autres Arts Martiaux.

Le but recherché n'est pas l'apparence du résultat mais la transformation de l'être humain, la révélation de sa véritable nature sans artifice.

Au Japon, la calligraphie est enseignée dès l'école primaire et fait partie du cursus normal. Le Shodo fait partie du quotidien et bon nombre d'adultes pratiquent cet art et recherchent le geste juste tout comme nous dans l’Aïkido.

Le matériel utilisé se compose ainsi :

Fudé - Pinceau

Kami - Papier

Sumi - Bâton à encre / Bokujû - bouteille à encre

Suzuri - Encrier

 

Le style carré (Kaisho) de l'écriture kanji  est rarement utilisé dans la vie quotidienne.Les styles semi cursive (gyosho) et cursive (sosho) plus déliés et fluides sont plus utilisés.

 

aikido,montlucon asptt,shodo,calligraphie japonaiseaikido,montlucon asptt,shodo,calligraphie japonaiseaikido,montlucon asptt,shodo,calligraphie japonaiseOn remarque bien la différence de style plus rigoureux, précis et carré pour le kaisho, un peu plus libre, doux pour le goshyo et enfin très fluide, envolé pour le sosho.

Le style sosho démontre une écriture plus dynamique, plus rapide, semblable à notre écriture rapide de tous les jours.

 

 

 


Les kanjis sont les caractères  empruntés à l'ethnie Hàn  chinoise et utilisés en langue japonaise. Elle a donc son origine en Chine.

POUR ALLER PLUS LOIN  CLIQUER SUR LA CALLIGRAPHIE

CI-DESSOUS.


"Aikido" calligraphié par O Sensei

Aïkido calligraphie de O Senseï

 

Kaz Tanahashi remembering Aïkido O Senseï Ueshiba



"Le degré d’épaisseur ou de finesse du trait est une qualité relativement évidente qui détermine si une ligne porte le niveau d’énergie ou de vigueur désiré, mais des qualités comme la profondeur (et aussi la “hauteur”) sont invisibles et donc beaucoup plus insaisissables. C'est cette épaisseur qui donne vie, corps et âme à la calligraphie.


"Le véritable  shodo est kokyu. L'essence de la brosse se trouve dans les choses que l'œil ne peut voir. C'est-à-dire, dans le kokyu." SEISEKI ABE SENSEÏ.

 

Pour Seiseki Abe, la production actuelle tend à perdre en partie ce qui en faisait la force, l'impalpable et le kokkyu manque de plus en plus ." Récemment, le shodo moderne a dégénéré dans le domaine du visible - pinceau simple, léger de la main et sans âme ni technique. Le vrai sens de la calligraphie japonaise a été perdu. C'est une véritable honte."

 

 

Liens :

  calligraphie de Morihei Ueshiba

« La vraie victoire est la victoire sur soi-même, victoire à la vitesse de la lumière, qui devient divinement Takemusu ».

ueshiba-rouleau-calligraphie

10:53 Publié dans articles, Blog, liens, videos | Lien permanent |  Imprimer |  Facebook |

09/01/2014

UKEMI

 

L'ukemi en aïkido est plus qu'une chute, elle n'est pas accidentelle mais liée à une projection ou à une esquive d'atemi.

Même pour le débutant qui essaie de dominer sa peur face au gouffre qui s'ouvre devant lui lors des premières séances d'initiations aux chutes, il vaut toujours mieux regarder vers l'arrière : d'une part on se positionne mieux et d'autre part, on diminue le stress de la chute.

De plus, la chute permet de s'extirper d'une situation dangereuse en préservant son intégrité physique.

Ce n'est pas une fuite, mais une chance de pouvoir revenir dans l'action, de récupérer de la distance, de pouvoir poursuivre l'action de tori par un kaeshi waza, selon Olivier Gaurin.

L'ukemi est donc la façon de recevoir à travers le corps, ce n'est pas un acte passif.

Un bon ukemi reflète toujours une bonne pratique

(du moins dans la majorité des cas).

 

PHILIPPE GOUTTARD nous dévoile ses réflexions sur l'ukemi

sur ce lien

 

 

Olivier Gaurin Ukemi 01


 

 

 

Olivier Gaurin Ukemi 02


 

 

Lire également cet article de tsubaki journal du 31/01/2009

écrit Par Léo Tamaki.

Ukemi, par Suga Toshiro

 

Myanmar Aïkido - ukemi practice


 

 

extrême adaptabilité de uke

A VOIR ++



01:43 Publié dans articles, Blog, Livre, videos | Lien permanent |  Imprimer |  Facebook |

07/01/2014

KAESHI WAZA

 

Voilà un moment que je voulais faire un article sur ce sujet.

En consultant le web, je suis tombé sur plusieurs articles très intéressants que je vous fais partager.

Le but de ce blog étant plus de susciter une envie d'aller plus loin dans la recherche d'informations, souvent je lance un sujet avec des liens, et à vous de vous faire votre propre opinion !

Voilà aussi pourquoi, pour l'instant, il n'y a pas de possibilité de déposer des commentaires.

Écrire sur un sujet demande un investissement énorme, alors je préfère vous faire partager ceux-ci, qui sont nettement plus brillants que ceux que je pourrais vous proposer.

 

 

Le premier article :

 

Kaeshi Waza : de la contre-technique au retournement-technique

 

est tiré du site d'Alexandre Grzeg, plusieurs fois mentionné dans ce blog.

 

 
 
 
 
le deuxième est un article de Bernard Palmier :
 
Kaeshi Waza ou le retournement de situation
 
 
 
 
Ici, Pascal Durchon explique  le Kaeshi Waza :
 

 
 
 
 
 

00:09 Publié dans articles, Blog, liens, videos | Lien permanent |  Imprimer |  Facebook |

05/01/2014

HANG

Image illustrative de l'article Hang

A Noel,j'ai vu un instrument très étrange ,mon frère et ma belle soeur avaient offert ce dernier à mon neveu Anael...je vous le fais découvrir

Le Hang est un instrument de musique acoustique de la famille des percussions (idiophones) dont le son est produit par le matériau de l'instrument lui-même, inventé par Felix Rohner et Sabina Schärer à Berne en Suisse en 2000.


C'est donc un instrument très récent et pourtant qui paraît avoir une longue existence tant les sons sont harmonieux et spaciaux et que son aspect est à la fois rustique et futuriste. Il n'existe que peu d'instruments car la fabrication, très longue, dure plus d'un an voir deux maintenant en Suisse.Celui que j'ai vu , venait de France d'un luthier dans le haut Var à Entrecasteaux .

La partie supérieure du hang est appelée le « Ding » ; une multitude de sons peuvent être produits selon le contact que l'on a avec l'instrument, percussions, effleurements, glissements... Les notes se répartissent sur le pourtour du Ding. Plusieurs harmoniques sont accessibles pour chaque note selon le degré de maîtrise.

La partie inférieure de l'instrument est, elle, appelée le « Gu » ; elle est essentiellement constituée d'une surface lisse avec un trou rond en son centre, ce qui permet une résonance. L'ocarina est également bâti sur ce principe



Malgré son aspect rustique, le Hang ne doit pas recevoir de choc, ni être exposé à trop de chaleur.

 

Hang, Davide Swarup

 

HANG & DIDJERIDOO

Yuki Koshimoto & Taku


 

 

Hang Massive - Once Again - 2011


 

 

Manu Delago - Hang solo


 

hang duo,kamanche,guitar


 

 

 

 

 

 






 

 

 

 

04/01/2014

YOSHIMITSU YAMADA

Yoshimitsu Yamada est né à Tokyo en 1938. Il a commencé l'Aïkido en 1955, à l'âge de 17 ans.


Son père a été élevé par la famille de Tadashi Abe, c'est pour cela que l'on dit souvent que son oncle été Tadashi Abe. Pendant la guerre, il partit en Corée avec la famille de Tadashi qui y développa un commerce dans une entreprise minière jusqu'à la fin du conflit.


La première fois qu'il vit O Senseï, ce fut pour une démonstration et il fut très impressionné. O Senseï avait été invité par le père de Tadashi, qui, en quelque sorte, était un mécène.


Il est entré à l'Hombu Dojo comme uchi deshi, grâce à une lettre d'introduction de son oncle Tadashi Abe. Nobuyoshi TAMURA et Sadateru ARIKAWA étaient déjà là. La vie au quotidien n'était pas facile au Hombu Dojo, en cette période d'après-guerre : pas de chauffage, nourriture restreinte...

aikido,montlucon asptt,yamada sensei

Seiichi Sugano, Nobuyoshi Tamura, Yoshimitsu Yamada, fellow uchideshi at the Aïkikaï Hombu Dojo c. 1960

A l'époque, le Doshu Kisshomaru UESHIBA, Koichi TOHEI étaient les principaux instructeurs, également avec  Kisaburo OSAWA, Hiroshi TADA, Seigo YAMAGUCHI ou encore Kenji TOMIKI.


Après quelques années, il fut désigné pour enseigner aux soldats américains. Il aimait la culture américaine, et ayant appris l'anglais en parlant avec les enfants américains des bases proches de chez lui quand il était enfant, naturellement ce fut lui qui fut choisi pour ce travail.

Il rêvait de partir pour Paris, pour continuer le travail de son oncle, mais finalement, il partit aux États-Unis en 1964 pour faire une démonstration d'Aïkido à l’exposition universelle de New York. Initialement, Kochi Tohei devait faire ce voyage, mais au dernier moment, il eut un contretemps et fut remplacé par Yoshimitsu Yamada.

A l'époque, bien que l'Aïkikaï originel de New York ait été fondé en 1961 et dirigé par Yasuo Ohara, Yamada devint l'instructeur en chef de l’Aïkikaï de New York. Les débuts furent difficiles, mais les années passant, l'Aïkido se développa.
 Yamada se rendait chaque semaine à Boston, et souvent à Philadelphie.

En 1966  Mitsunari Kanai prit en charge le petit groupe de Boston. Il décéda en 2004.


 Au fil du temps, les étudiants de Yamada ont évolué au point d'avoir leurs propres élèves et ont atteint des niveaux très élevés.
 En 1988, Yamada a invité Seiichi Sugano à rejoindre le dojo, ce qui en faisait l'un des rares dojos en dehors du Japon avec deux 8ème dan Shihan en résidence, jusqu'au décès de Seiichi Sugano en août 2010.
Yamada est président de la Fédération d'Aïkido des États-Unis et président de la Fédération d'Aïkido d'Amérique Latine. En Janvier 2011, Yamada a accepté l'invitation à devenir le patron de l'Aïkikaï d'Australie.

Yamada Senseï n'a rien contre les armes mais ne les enseigne pas. Il laisse ce soin à d'autres.


Depuis la disparition de Tamura Senseï et Sugano Senseï, Maître Yamada continue d'assurer le stage de Lesneven, en Bretagne, qui aura lieu cette année du 12 au 20 juillet 2014.

lire ces interviews :

interview yamada Senseï

 

 

ou ceux-ci par léo tamaki sur son site budo no nayami

interview Yamada Yoshimitsu, l'homme libre

 

ou

Yamada Yoshimitsu shihan au Shumeïkan, Bras

 

 

 

Yoshimitsu Yamada - Instructional Video


 

 

Yamada Senseï Seminar Bernau 2013


 

 

Advanced Aïkido Techniques - Part 1



03/01/2014

ALAIN ROYER... 7° DAN

aikido,commentry,royat,alain royer,thomas gavory

 

Alain Royer débute l'Aïkido en 1968 avec  Gérard Baize au CUC (Clermont Université Club), pendant une dizaine d'années. Il suit également l'enseignement de Tamura Senseï régulièrement jusqu'à l'éclatement de l'UNA. Il choisit la FFAAA avec Christian Tissier comme directeur technique et devient DTR de la ligue d'Auvergne.

Aujourd'hui âgé de 70 ans depuis le 24 décembre 2013, il dirige toujours l'Aïkido auvergnat pour la fédération FFAAA. Ces cours sont suivis assidûment dans son Dojo de Royat et de Clermont-Ferrand.

Il vient d'être nommé 7° Dan... après 45 ans de pratique !!! et toujours autant de dynamisme...

Félicitations !!!

VOICI LA COUPURE DE PRESSE DE "LA MONTAGNE"

cliquer dessus pour afficher en grand

Article_Alain_ROYER.jpg

 

19/20 édition clermont soir 2009


foire internationale Cournon 2009