Weboscope mesure d'audience, statistiques, ROI
Classement des meilleurs sites et positionnement

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/02/2014

TROIS NOUVEAUX SHIHAN

communiqué de la FFAAA :

 

Infos du Japon février 2014

Le Doshu Ueshiba Moriteru vient de décerner le titre de Shihan à Frank Noël, Bernard Palmier et Patrick Bénézi.

En outre, lors du KAGAMI BIRAKI (cérémonie des vœux) le Doshu a également nommé Bernard Palmier et Patrick Bénézi au 7e dan.

Il a insisté pour leur remettre personnellement le diplôme correspondant, ce qui est un honneur exceptionnel.

La FFAAA adresse ses plus vives félicitations aux nouveaux Shihan et promus.

 

shihan2.PNG

Tous les trois ont suivi l'enseignement de Maître YAMAGUCHI, entre autres.

Voici  un extrait d'un fascicule rédigé par Maître Seigo YAMAGUCHI en complément d'un stage pour gradés animé à l'Aïkikaï de Tokyo en mars 1978.

(Traduction de Hiroko et Frank NOËL).

issu du site de Frank Noël

 

Seigo Yamaguchi, 8th dan, at the 1994 All-Japan Demonstration

Je vais parler des précautions les plus importantes pour pratiquer selon la Voie d'après les enseignements de O Senseï.

 

Ce qui m'a le plus profondément marqué est, en premier lieu, l'enseignement de la loi de " zen shin" (aller de l'avant) : si l'adversaire est grand, l'escalader et le franchir, c'est tout. Ce sont des mots simples mais qui ont une signification profonde qui expriment de façon authentique les fondements du Bu Jutsu sans être prisonnier des noms ou des détails des techniques une par une.

Ceci est véritablement la technique de la rencontre sur shomen (de aï), l'esprit de ikkyo et de irimi, sans doute. Aller de l'avant et rencontrer (atari) l'autre. De là naît la logique du cercle ainsi que le développement de la technique. Il faut bien comprendre que la logique de irimi-tenkan et du cercle ne correspond pas du tout à une esquive facile.

Ensuite, "rentre au contact avec ton ki". Il ne s'agit pas de rentrer à tort et à travers mais, s'il y a un contact effectif, il faut que cela soit au point que l'adversaire vole au loin. Et pour cela, il me semble important de concentrer sa force du ki dans le tanden (centre) et d'avoir un corps disponible sans raideur ni blocage et avec des pieds qui ne soient pas fixés. Cela m'évoque les mouvements rapides comme l'électricité et l'apparence impassible de O Senseï qui nous enseignait les techniques avec toujours des "tabi" aux pieds. Il était non seulement un génie du Bu jitsu, mais son esprit imperturbable et libre créèrent ces techniques divines. Et on peut comprendre que la technique suprême et variée qui consiste à rentrer avec le ki, mais qui en fait ne touche pas, soit sortie de manière évidente et spontanée.

Pour le ken et le yari, il est particulièrement important de rentrer avec le ki avec détermination et quasiment l'idée de se faire toucher: un sentiment d'aller pour se frapper mutuellement. S'il n'y a pas cela, irimi-tenkan est impossible sans doute.

Et en conclusion, je vous livrerai cet enseignement classique précieux: "là-même où on peut se faire couper, il y a un endroit où on ne peut pas être coupé".

 

Seigo YAMAGUCHI

Seigo Yamaguchi Tokyo Demo from 1988


08:12 Publié dans articles, Blog, liens, videos | Lien permanent |  Imprimer |  Facebook |

12/02/2014

PHILIPPE GOUTTARD

 

Biographie extraite de son site sur ce lien.

Né en 1954, Philippe Gouttard a commencé l'aïkido à l'âge de 16 ans au Dojo du Portail Rouge sous la conduite de M. Blachon.  C'est dans ce dojo qu'ont également débuté M. Pabiou et M. Cognard.  Ce fut une époque où vinrent de nombreux experts.

Le premier cours de Philippe Gouttard est ainsi donné par Maître Tamura. Il effectue de très nombreux stages auprès des experts japonais (Maître Tamura, Maître Noro, Maître Kobayashi), aussi bien en France qu'à l'étranger. C'est durant les stages de Maître Noro qu'il fait la connaissance de Maître Asaiï qui enseigne en Allemagne. Cette rencontre est déterminante pour lui puisqu'il part suivre son enseignement en Allemagne durant 7 ans.

En 1978, une autre rencontre le mit sur les rails de son aïkido actuel :  Christian Tissier, venu donner un stage à Saint-Étienne.  Depuis ce jour, il n'a pas arrêté de le suivre et a constamment progressé à son contact. Il rencontra également Maître Yamaguchi qu'il retrouva régulièrement au Japon où il s'entraîne chaque année depuis le début des années 80. Là-bas, il a aussi suivi les cours de Maître Kisshomaru Ueshiba et de Maître Kisaburo Osawa.  Si tous les trois sont aujourd'hui malheureusement décédés, le renouveau de l'enseignement à l'Aïkikaï de Tokyo lui donne toujours le même plaisir puisqu'il suit désormais les cours du nouveau Doshu, de Maître Seishiro Endo, de Maître Yasuno, et de tous les autres Maîtres de l'Aïkikaï.

Responsable technique de la région Rhône-Alpes pour la F.F.A.A.A. pendant 15 ans, Philippe Gouttard a reçu le sixième dan de la Fédération française, ainsi que celui de l'Aikikai des mains de Endo Shihan.

Il donne régulièrement des cours en France et à l'étranger : Suisse, Allemagne, Irlande, République Tchèque, États-Unis, Hollande, et dans les îles françaises loin de la métropole : la Réunion et la Martinique.

Il a formé de nombreuses ceintures noires  : Luc Mathevet, 6ème dan, Cyril Lagrasta, 5ème dan et de nombreux autres gradés dans toute l'Europe.

Aujourd'hui, il continue sa vie de budoka, et possède un diplôme d'ostéopathie depuis 2007.

 

A LIRE CES ARTICLES DE GUILLAUME ERARD

Entretien avec Philippe Gouttard, 6e Dan Aïkikaï

 

Pratique à l'Aïkikaï avec Philippe Gouttard

 

Saku dojo 2012 Embu European

PHILIPPE GOUTTARD A PARTIR DE 7:24


 

 

DUBLIN 2007


 

 

 

 

 

 

 

11/02/2014

APPLICATIONS DE CERTAINES TECHNIQUES DE BUDO RENSHU

11111.PNG111111.PNG

 

 

 

Pour faire suite à BUDO RENSHU, il existe des vidéos montrant quelques unes de ces techniques, mais comme beaucoup de styles, il se peut qu'avec le temps certaines disparaissent de notre nomenclature ou du moins de notre culture générale.

Voici une vidéo reconstituant les techniques de budo renshu effectuée par des pratiquants de Kiev Dokokai Daitoryu aikijujutsu Takumakai... ce qui a dû prendre du temps afin de retrouver le bon mouvement. Tout d'abord, l'on voit l'original des dessins puis la technique. Bravo!

Idori (suwari wasa): 2, 3, 4, 9, 11, 14, 16, 18, 20, 21.
Hanzahandachi (hanmi handachi wasa): 23, 24, 25, 26, 33.
Tachiai (tachi wasa): 44, 46, 53, 58, 67, 71, 77, 89, 93, 111.
Ushirodori (ushiro wasa): 137, 147, 150, 155, 166.


 

 

morihei ueshiba.PNG

 

 

 Budo Renshu techniques 50-60

Christopher Hein


 

 

 

03:02 Publié dans articles, Blog, videos | Lien permanent |  Imprimer |  Facebook |

10/02/2014

BUDO RENSHU Morihei Ueshiba 1933

1.PNG

Publié en 1933 à Tokyo, BUDO RENSHU nous montre les techniques du fondateur de l’Aïkido, comme elles étaient enseignées au Kobukan dojo entre 1931 et le début de la guerre du Pacifique. Les croquis de l'ouvrage sont de Takako Kunigoshi, qui fut une des rares disciples de O Senseï à cette époque. Elle a gagné le respect du fondateur par son sérieux dans la pratique. Kunigoshi Senseï était très respectée par ses collègues masculins du Kobukan. Au départ, ce n'était qu'un aide-mémoire pour elle-même, mais Morihei Ueshiba l'encouragea à aller plus loin et sous sa supervision, en apportant des suggestions et des corrections, l'ouvrage prit la forme définitive. Celui-ci était donné aux pratiquants qui avaient fait beaucoup de progrès aussi bien sur le plan technique que spirituel. Il exista peu d'exemplaires et le plus important réside dans les dessins puisque les explications étaient très succinctes.

Takako Kunigoshi & Shigemi Yonekawa 1935

 

Il fut réédité en 1998 en français sous le titre :

"TECHNIQUES DE BUDO EN AÏKIDO

BUDO RENSHU"

Dans la première partie, O Senseï nous livre des poèmes, inspirant pour le sens de la pratique puis il explique les différentes frappes et saisies et ensuite viennent quelques 166 techniques.

 

CLIQUER POUR AGRANDIR

BUDO RENSHU2.png

BUDO RENSHU3.png

BUDO RENSHU4.png

BUDO RENSHU5.png

A l'époque, l’Aïkido n'était pas encore né et les techniques de "BUDO RENSHU" étaient connues sous les noms de Daito ryu Aiki jutsu , Ueshiba ryu ju jutsu ou encore Kobu budo

 MORIHEI UESHIBA

Noma dojo pictures collection presentation 1936 MORIHEI UESHIBA


 

SOURCE AÏKIDOJOURNAL, YOUTUBE, BUDO RENSHU

01:06 Publié dans articles, Blog, videos | Lien permanent |  Imprimer |  Facebook |

09/02/2014

CONTINUITE ET KAESHI WAZA

 

Un travail intéressant de continuité de l'action dans les kaeshi waza. Ce travail dans la ligne de Kobayashi Hirokazu Senseï élève de O Senseï est demandé souvent dans les passages Dan de cette école. Un travail de relâchement, de sensation afin de continuer l'action sans blocage.

  Aïkido Kobayashi Hirokazu (AASCB) - KAESHI WAZA (11 Techniques)


 

 SUR CE LIEN /Aïkido Kobayashi Hirokazu (AASCB) - KAESHI WAZA (21 Techniques Sequence)

 

OU CELUI-CI : Aïkido Kobayashi Hirokazu (AASCB): KAESHI WAZA - Gala Arti Marziali (Palafabris, Padova 30/04/2011)

 

Kobayashi Hirokazu 


 

15:15 Publié dans Blog, liens, videos | Lien permanent |  Imprimer |  Facebook |

08/02/2014

NORO SENSEÏ... SUITE

 

 Lire cet article tiré de Budo no Nayami, écrit par Léo Tamaki

Noro Masamichi, pionnier de l'Aïkido hors du Japon

 

Incroyable pratique du jo par Noro Senseï


 

LIRE ÉGALEMENT CES AUTRES ARTICLES.

 

Hommage à Masamichi NORO Senseï par Daniel TOUTAIN

 

Noro Senseï vu par Stéphane Benedetti

 

Masamichi Noro: un homme en paix

INTERVIEW D'AIKIDOKA.FR

SON CHEMINEMENT

CLIQUER SUR L'IMAGE POUR LIRE L'ARTICLE (PDF)


 

 

 

Le Mouvement Universel du Ki. Article de Jean Paoli pour "Aïkido Magazine", revue de la FFAAA

CLIQUER SUR L'IMAGE POUR VOIR L'ARTICLE (PDF)

 

 

pour en savoir + sur le kinomichi voir le site officiel

 

 

 

 

 

07/02/2014

JOEL ROCHE

joel400.jpg

Joël Roche pratique l'aïkido depuis 1972, il devient 6°Dan en 2002 et DTR de la région Pays de la Loire.

Conseiller technique, avec Franck NOËL, auprès des fédérations tchèque et slovaque.

Professeur du club Aïkido Croix Blanche depuis 1979.

Depuis 4 ans, il a mis en ligne des vidéos aides-mémoires pour le travail des armes. Cette note a justement pour but de vous faire découvrir ces dernières.

 jo

tsuki

avec différents placements, int, ext...


 

 

Les quatre autres vidéos concernent le ken avec différents thèmes sur shomen uchi :
Autour de Ikkyo.
Autour de Irimi Nage
Autour de Shi Ho Nage

Pour voir directement ces vidéos à partir de son site, cliquer sur l'image ci-dessous

Techniques sur shomen uchi, construites autour des principes fondateurs de irimi nage. (partie 1/2)

06/02/2014

MASAMICHI NORO

Masamichi NORO est né en 1935 à Aomori, dans le nord de l’île principale de Honshu au Japon. Au lycée, jeune, il pratique le Kendo, le Judo, comme tous les enfants à l'époque et la natation. Il écoute beaucoup de musique classique dans son cercle familial. Après le lycée, il rentra en fac de médecine, surtout pour faire plaisir à ses parents. Son oncle, qui connaissait le fils de O Senseï, Kisshomaru, lui dit que s'il persévérait dans les études, il lui présenterait le fondateur de l’Aïkido, déjà très connu à l'époque. Son oncle l'amena donc en 1955 au dojo de Morihei Ueshiba. Il commença immédiatement  avec Kisshomaru. Deux jours après, il rencontra O Senseï et fut subjugué. Sa décision était prise, il deviendrait uchi-deshi. Tamura Senseï et Arikawa Senseï étaient déjà là, ainsi qu'Okumura Senseï et Yasuo Kobayashi..

Japon--3-

Noro Masamichi, Ueshiba Kisshomaru, Kanaï Mitsunari et Tamura Nobuyoshi

 


En 1961, il part pour la France pour remplacer Tadashi Abe, avec quelques adresses en poche. Il débarque à Marseille le 3 septembre 1961 et navigue dans le sud principalement entre les dojos de Cannes et de Nîmes. Rapidement, il est invité à l'étranger : lʼItalie, la Belgique, lʼIrlande, lʼEcosse, le Maroc. Il ouvre plus de deux cents dojos en Europe et en Afrique. Maître Nakazono le rejoint en 1963, Maître Tamura  en 1964.

Noro Masamichi 006

Masamichi Noro Senseï - Aïkido - 1962




En 1964, Maître Masamichi Noro sʼétablit à Paris. Un accident de voiture, le 4 mai 1966, l'immobilise de long mois mais il retrouve sa mobilité
après avoir pratiqué assidûment des exercices énergétiques mettant au centre le Hara, centre de diffusion de l'énergie à travers le corps et l'extérieur. Il applique les conseils de son Maître relatifs au passage de l'énergie dans le corps, " Homme, Ciel, Terre ", principe en relation avec l'harmonisation des énergies.
En 1969, il apprend le décès du Maître Morihei Ueshiba. Il rencontre Taisen Deshimaru, grand Maître du zen Soto et Karlfried Graf von Dürckheim.
EN 1973, il crée le kinomichi," la voie de l'énergie ".
Après d'intenses recherches, Maître Noro guide ses élèves sur cette voie de liberté, ayant sciemment éliminé les confrontations pour parvenir à la réalisation de leur être à travers l'harmonisation du souffle, des techniques d’Aïkido et du cœur.



 NORO Senseï décède le 15 mars 2013 à l'âge de 78 ans.


 

03/02/2014

STAGE BRUNO GONZALEZ 09/02/2014 CHATEL GUYON

aikido,montlucon asptt,bruno gonzalez

 

Né en 1972, Bruno Gonzalez débute l'Aïkido à Bordeaux avec Alain Guillabert à 15 ans. A 18 ans, il se rend à Paris pour suivre l'enseignement de Christian Tissier à plein temps. Il s'initie également à la boxe thaï et au jiu-jitsu brésilien.
Il est DTR de la région Haute Normandie pour la FFAAA. Il est actuellement l'un des plus jeunes pratiquants, avec Pascal Guillemin à avoir le 5° Dan.
Il enseigne au Cercle Christian Tissier à Vincennes.
Bruno Gonzalez participe régulièrement au festival des arts martiaux à Bercy, ainsi qu'au World Combat Games  et dernièrement il a présenté une démonstration pour le KAGAMI BIRAKI 2014  de la FFJDA. (voir la note)

 

Démonstration d'Aïkido de Bruno Gonzalez - 30ème anniversaire de la FFAAA - sept. 2013


 

 Cliquer sur l'affiche pour agrandir

aikido,montlucon asptt,bruno gonzalez

 

pdf de l'affiche sur ce lien

 

Article d'Aïkido Magazine de juin 2011

Bruno gonzalez

"la force de l'intention "

02/02/2014

SUMO

Le sumo est un sport de lutte japonais empreint de rites traditionnels. Le sumo fut mentionné pour la première fois en 712 dans le Kojiki, ou Récit des Temps Anciens. Il semble que les combats sumo soient apparus il y a près de 1 500 ans, sous forme de rituels religieux shinto : des combats sumo ainsi que des danses et du théâtre étaient dédiés aux kami en même temps que des prières pour obtenir de bonnes récoltes.

 

File:Kunisada Sumo Triptychon c1860s.jpg

 

Au VIIIe siècle, les combats sumo sont introduits dans les cérémonies de la Cour Impériale. Les combats de l'époque, qui mélangent boxe et lutte et qui autorisent presque tous les coups, restent très éloignés des combats de sumo actuels. Cependant, sous l'influence de la Cour Impériale, des règles furent progressivement formulées, des techniques furent développées et le combat sumo devint proche de ce qu'il est actuellement. Sous le shogunat Tokugawa, en 1603, période de paix, des groupes de sumo professionnels apparaissent afin de divertir la classe bourgeoise et devient le sport national au 18° siècle.

 

Les lutteurs de sumo sont appelés au Japon rikishi , litt. « personne instruite (dans le domaine de) la force »), voire o-sumō-san litt. « M. Sumo », avec une marque de respect), plutôt que sumotori , appellation usitée en France, mais peu au Japon,
Lors des combats, ils ne sont vêtus que du mawashi, une bande de tissu serrée autour de la taille et de l'entrejambe, qui constitue la seule prise solide autorisée pendant le combat. Celle-ci fait réglementairement entre 9 et 14 mètres.
Il n'y a pas de catégorie de poids pour les rikishi et il peut arriver que l'un des combattants ait plus du double du poids de l'autre (les poids de rikishi pouvant aller de 70 à 280 kg).
La vie quotidienne du rikishi est très réglementée : réveil à 5 heures du matin, entraînement, repas de midi à base de chanko nabe, sieste et repas du soir également à base de chanko nabe. Les entraînements suivent un certain nombre de rituels ancestraux et les lutteurs les mieux classés se font servir par les apprentis.

Le but de chaque lutteur est d'éjecter l'adversaire hors du cercle de combat ou de lui faire toucher le sol par une autre partie du corps que la plante des pieds. L'arène est appelée dohyō : c'est une plateforme carrée faite d'argile tassée, d'une hauteur de 34 à 60 cm. Un cercle de 4,55 m de diamètre, fait à l'aide de ballots de paille ancrés dans la plateforme, délimite l'aire de combat. Outre les lutteurs, le gyōji , l'arbitre, est également sur le dohyō. Les juges , les présentateurs ainsi que les lutteurs suivants se trouvent autour de l'arène.
Avant l'affrontement, les lutteurs chassent les esprits en frappant le sol avec les pieds, après les avoir levés très haut : il s'agit du shiko. En signe de purification, ils prennent une poignée de sel et la lancent sur le cercle de combat : on parle alors de kiyome no shio. Il y a également le rituel de « l'eau de force »  que le rikishi boit puis recrache. Ce sont les trois gestes rituels les plus importants avant le début du combat proprement dit.
Les lutteurs doivent toucher le sol avec leurs deux mains pour accepter le combat, la confrontation physique peut alors commencer. Les deux protagonistes se lèvent et s'élancent l'un vers l'autre, action nommée tachi-ai . Le premier contact entre les deux, atari, est souvent très violent.
Les combattants peuvent utiliser les prises parmi les 82 autorisées.

 

Le sumo professionnel regroupe plusieurs centaines de lutteurs, regroupés en six divisions :

    Makuuchi, la première division composée de 42 lutteurs répartis en cinq rangs, du plus élevé au moins élevé :
        Yokozuna, actuellement deux
        Ōzeki, actuellement trois
        Sekiwake, au moins deux.
        Komusubi, au moins deux.
        Maegashira, plus de 30 lutteurs.
    Jūryō, la deuxième division, comportant 28 lutteurs.


    Les divisions inférieures, par ordre décroissant : makushita, sandanme, jonidan et jonokuchi. Ces dernières divisions regroupent plus d'une centaine de lutteurs chacune, et seuls les meilleurs parviennent à s'en extraire.

Il y a six tournois principaux par an, nommés honbasho et durant 15 jours :

    Hatsu basho à Tokyo en janvier ;
    Haru basho à Ōsaka en mars ;
    Natsu basho à Tokyo en mai ;
    Nagoya basho à Nagoya en juillet ;
    Aki basho à Tokyo en septembre ;
    et Kyūshū basho à Fukuoka en novembre.


Ces tournois sont diffusés à travers tout le Japon et sont suivis fiévreusement par une grande partie de la population bien que la discipline soit victime de la désaffection du public depuis quelques années.

Sumo - Aki Basho 2013 Day 10 , September 24th


 

 

Honbasho final match


 

 

Sumo - Kyushu Basho 2013 Final Day -November 24th


 

 

BANDE D'ANNONCE  : " tu seras SUMO " - FILM 2013

Rêvant d'être judoka,un jeune homme se retrouve plongé dans l'univers du Sumo suite à l'injonction de son père et accepte son destin .« Il n’y a plus de place pour toi à la maison. Ne pense même pas à échouer ! »


 

sources:

Les photos sont issues du magazine Première.

Lien de l'article :

http://fluctuat.premiere.fr/Expos/News/Photos-l-art-du-co...

+ wikipédia

01:38 Publié dans articles, Blog, liens, videos | Lien permanent |  Imprimer |  Facebook |