Weboscope mesure d'audience, statistiques, ROI
Classement des meilleurs sites et positionnement

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/07/2014

Salvatore Smecca

 Biographie tirée du site :

http://www.stages-aikido.fr/salvatore-smecca-aikido-presentation-sensei-449.htm

 

Salvatore SMECCA commence l’Aïkido à l’âge de 15 ans en 1973.

Sa passion pour l’Aïkido fait qu'il passe rapidement son 1er DAN avec Paul MULLER, et le 1er DAN AÏKIKAÏ devant Maître TAMURA. A cette période, il apprécie également beaucoup le travail avec Maître NORO.

Par la suite, il a beaucoup travaillé avec Bernard PALMIER, avec qui il a lié une longue amitié.

En 1978, il fait la connaissance de Christian TISSIER qui revient du Japon. Celui-ci lui fait rencontrer Maître YAMAGUCHI, et là, c’est la révélation.

Salvatore SMECCA est fasciné autant par le travail que par le personnage et il va le suivre pendant 20 ans dans tous les stages qu’il fera en France et en Allemagne.

Il travaillera assidûment avec Christian TISSIER en se rendant deux fois par mois à Paris ou à Nice. Christian TISSIER, son professeur, le préparera au 2ème, 3ème, 4ème puis 5ème DAN AÏKIKAÏ.

Comme Arts du combat, il a également pratiqué :

- la lutte (2 ans de pratique)

- la boxe (8 ans de pratique)

- le karaté - Ceinture noire 1er DAN - (5 ans de pratique) - Professeur HABERSETZER Roland

- le kendo moderne (10 ans de pratique)

- et le Iaido (10 ans de pratique) Professeur : JP- RENIEZ

Cette diversité et cette ouverture lui ont permis de mieux apprécier la richesse, les qualités et la pertinence de l’Aïkido qu'il pratique depuis une trentaine d'années et qu'il enseigne depuis 25 ans.

Il a formé une soixantaine de ceintures noires (du 1er au 4ème DAN).

Il a créé le club de Forbach, pour lequel il a travaillé pendant 25 ans pour en faire un des plus grands clubs de Lorraine.

Aujourd’hui il partage son enseignement de tout cœur, pour son plaisir et celui de ses élèves, au club de Freyming-Merlebach et au « Judo-Club Ford » de Saarlouis, en Allemagne.

Il enseigne également dans d'autres clubs sur invitation. La ligue de Lorraine de la FFAAA a souvent fait appel à lui pour participer à la Commission des passages de grades ceinture noire 1er, 2ème et 3ème DAN.

Il dit que la présence de Maître YAMAGUCHI se fait encore sentir et inspire sa pratique et son enseignement.

Aujourd’hui son Aïkido continue à évoluer au contact de Christian TISSIER avec qui il a noué des liens très étroits et qu’il continue à suivre.

 

NOMME 6°DAN A LA DÉCISION DE LA
C.S.D.G.E.
AU  13/12/2013

 

10 Jahre AFD Embukai - Salvatore Smecca Senseï


12/07/2014

YAMAGUCHI SEIGO... extrait fascicule III

 

 

Seigo Yamaguchi avec Morihiro Saito  devant le Hombu Dojo. 1955

JE ME PERMET  DE REPRENDRE, AFIN  DE FAIRE CIRCULER UN PEU PLUS CE DOCUMENT DE FRANCK NOËL ISSU DE SON SITE :

http://aikido.noel.pagesperso-orange.fr/Dojo.html

 

 

PARTIE III

 

Voici quelques extraits d'un fascicule rédigé par Maître Seigo YAMAGUCHI en complément d'un stage pour gradés animé à l'Aïkikaï de Tokyo en mars 1978.

(Traduction de Hiroko et Franck NOËL).

 

Je vais parler des précautions les plus importantes pour pratiquer selon la Voie d'après les enseignements de O Senseï.

 

Ce qui m'a le plus profondément marqué est, en premier lieu, l'enseignement de la loi de " zen shin" (aller de l'avant): si l'adversaire est grand, l'escalader et le franchir, c'est tout. Ce sont des mots simples mais qui ont une signification profonde, qui expriment de façon authentique les fondements du Bu Jutsu sans être prisonnier des noms ou des détails des techniques une par une.

Ceci est véritablement la technique de la rencontre sur shomen (de aï), l'esprit de ikkyo et de irimi, sans doute. Aller de l'avant et rencontrer (atari) l'autre. De là naît la logique du cercle ainsi que le développement de la technique. Il faut bien comprendre que la logique de irimi-tenkan et du cercle ne correspond pas du tout à une esquive facile.

Ensuite, "rentre au contact avec ton ki". Il ne s'agit pas de rentrer à tort et à travers mais, s'il y a un contact effectif, il faut que cela soit au point que l'adversaire vole au loin. Et pour cela, il me semble important de concentrer sa force du ki dans le tanden (centre) et d'avoir un corps disponible sans raideur ni blocage et avec des pieds qui ne soient pas fixés. Cela m'évoque les mouvements rapides comme l'électricité et l'apparence impassible de O Senseï qui nous enseignait les techniques avec toujours des "tabi" aux pieds. Il était non seulement un génie du Bu jitsu, mais son esprit imperturbable et libre créèrent ces techniques divines. Et on peut comprendre que la technique suprême et variée qui consiste à rentrer avec le ki, mais qui en fait ne touche pas, soit sortie de manière évidente et spontanée.

Pour le ken et le yari, il est particulièrement important de rentrer avec le ki avec détermination et quasiment l'idée de se faire toucher : un sentiment d'aller pour se frapper mutuellement. S'il n'y a pas cela, irimi-tenkan est impossible sans doute.

Et en conclusion, je vous livrerai cet enseignement classique précieux : "là-même où on peut se faire couper, il y a un endroit où on ne peut pas être coupé".

 

Seigo YAMAGUCHI

 

 

Seigo YAMAGUCHI... Oxford University


11/07/2014

YAMAGUCHI SEIGO... extrait fascicule II

aikido,montlucon asptt,yamaguchi seigo

 

JE ME PERMET DE REPRENDRE, AFIN  DE FAIRE CIRCULER UN PEU PLUS CE DOCUMENT DE FRANCK NOËL ISSU DE SON SITE :

http://aikido.noel.pagesperso-orange.fr/Dojo.html

 

PARTIE II

 

Voici quelques extraits d'un fascicule rédigé par Maître Seigo YAMAGUCHI en complément d'un stage pour gradés animé à l'Aïkikaï de Tokyo en mars 1978.

(Traduction de Hiroko et Franck NOËL).

 

 

 "L'esprit de ses débuts"

 

Dans toutes les Voies dont on entreprend l'étude, une chose importante, que l'élève doit se rappeler sans cesse, c'est de ne pas oublier l'esprit de ses débuts ou bien de retourner à l'esprit de ses débuts. Ceci parce que on ne peut pas espérer un progrès seulement par la répétition assidue des choses apprises. Le "tanlen" (polissage) est, selon les anciens, l'entraînement pendant des jours et des jours, mais cela ne veut pas dire une suite de répétitions mécaniques.

On trouve dans la biographie (les dits, les écrits,) du maître du ken, l'enseignement suivant : "va au contact toujours avec un esprit renouvelé". Ce sont des mots qu'il faut se graver dans la tête.

En outre, les anciens ont dit que, au cours de l'ascèse, il faut être prêt à enlever non seulement les mauvaises habitudes, mais aussi les bonnes. Les mauvaises habitudes, que ça soit à propos de la technique ou d'autre chose, on en prend conscience assez facilement par soi-même et par le biais des autres, et elles sont faciles à rectifier. Même si on a du mal à les redresser, si on en prend conscience, soi-même et si les autres en prennent aussi conscience, on n'en arrivera pas à causer beaucoup de dégâts. Par contre, celles qui passent pour de bonnes habitudes, sont perçues évidemment par l'intéressé comme étant positives et par conséquent on n'en remarque pas facilement les inconvénients. Et les autres ayant du mal à s'en rendre compte, les dégâts causés à soi et aux autres sont grands. Donc, même en étant persuadé de leur côté positif, il faut se dire que l'on est en cours d'ascèse et que ce que l'on fait n'est que ce que l'on peut faire de mieux pour le moment et il convient donc d'être suffisamment humble pour accepter n'importe quand, n'importe quelle critique.

Ceci est une chose difficile mais il est souhaitable de retrouver l'esprit de ses débuts pour avancer.

 

RARE VIDÉO

Yamaguchi 13 Jpn other


10/07/2014

YAMAGUCHI SEIGO... extrait du fascicule I

 

JE ME PERMET DE REPRENDRE, AFIN  DE FAIRE CIRCULER UN PEU PLUS CE DOCUMENT DE FRANCK NOËL, ISSU DE SON SITE :

http://aikido.noel.pagesperso-orange.fr/Dojo.html

 

PARTIE I

 

Voici quelques extraits d'un fascicule rédigé par Maître Seigo YAMAGUCHI en complément d'un stage pour gradés animé à l'Aïkikaï de Tokyo en mars 1978.

(Traduction de Hiroko et Franck NOËL).

 

Poèmes sur le "Do": la Voie.

Extraits des poèmes de Morihei Ueshiba.

 

"Travailler la vérité, encore et encore, jusqu'à la vérité

Connaître la pure vérité dans sa limpidité profonde"

 

"Par l'harmonie du Ki, laisser travailler son énergie en toute circonstance

Et s'unir tranquillement avec le monde dans toute sa beauté"

 

"Se laisser emporter par la respiration du ciel et de la terre issue de Dieu

Laisser ainsi s'exprimer la volonté de Dieu."

 

 

Celui qui est sur la Voie de l'Aïki devrait lire ces poèmes nuit et jour afin d'en extraire l'aspiration et le sens profond. Je suis persuadé que non seulement cela procurera des émotions sur l'esprit mais que cela se manifestera aussi par un progrès remarquable sur le plan technique.

Dans ce chant, la moelle épinière de la Voie, la direction fondamentale de l'ascèse, est exprimée de manière concise. Ceci n'est pas une "théorie " de l'ascèse du Budo mais quelque chose qui, en tant que tel, doit servir de guide dans la vie quotidienne. La vérité est à la base du DO et constitue le corps de l'Aïki.

Aïki est la clef de voûte du DO ; la logique de ses principes est également la technique.

L'engagement est la chose importante du parcours ; il faut réfléchir à quelle forme cet engagement doit prendre ainsi qu'aux relations entre la Voie et la technique.

 

C'est parce que l'âme de la technique ne diffère pas de la norme quotidienne que c'est la Voie. C'est aussi la Voie parce qu'elle ne se limite pas à une technique secrète d'une seule personne élue et que tous ceux qui en ont la volonté peuvent l'atteindre ou, du moins, en détiennent en eux la possibilité.

La Voie c'est aussi un élargissement ou approfondissement de soi-même et elle ne s'arrête pas à la recherche de la Voie : elle porte des fruits.

C'est seulement quand l'esprit et la logique des principes se reflètent dans la technique de manière effective que c'est la Voie. Il est vain de parler de Voie sans technique.

Il est important que celui qui veut parfaire sa technique tienne compte de l'esprit et de la logique des principes, c'est à dire de la Voie.

Une technique qui ne se fonde pas sur la Voie se heurte forcément à un mur ou alors blesse son propre corps : parfois, au cours des recherches personnelles, les efforts peuvent donner des résultats inverses à ceux que l'on visait.

La Voie, sa logique, sont comme inéluctables, comme une évidence et sont naturelles.

La technique s'accomplit comme elle doit s'accomplir, de manière spontanée, naturelle et évidente. C'est ça la technique.

Il ne s'agit pas d'accomplir des gestes ou des choses difficiles. Il importe de faire sérieusement des choses faciles que tout le monde peut faire.

Mais il est en fait difficile de découvrir cela, d'en prendre conscience et de s'en persuader.

La technique n'est pas de faire des choses curieuses ou mystérieuses, et si, parfois elle paraît mystérieuse, c'est qu'elle est trop naturelle et évidente.

Pour accomplir la technique, il faut à la fois de la détermination et l'abandon de son corps. Cette détermination ne vient pas d'un seul coup. Le problème est de savoir quelle forme cet engagement doit prendre et quelle est sa nature.

Jadis, on ne parlait pas de Voie comme par exemple pour le Ken jutsu et le Jiu jutsu. Mais ça n'est pas parce qu'on n'en parlait pas que la Voie n'existait pas.

Elle existait de manière évidente en tant que connaissance du Budo, du Shinto ou du Bouddhisme et c'est pourquoi on se consacrait entièrement à la technique (bujitsu).

Pour nous donc, il ne faut pas se contenter d'invoquer la Voie.

 

 

Seigo Yamaguchi Shihan


 

 

Yamaguchi with Mimuro 1/2


 

 

 

Yamaguchi with Mimuro 2/2


 

 
autres liens vidéos
ICI

09/07/2014

GILBERT MILLIAT

gilbert-home-200x211.jpg

Début en Aïkido : en mai 1968 sous la direction de Pierre Almand.

A cette époque, Pierre Almand qui avait créé le premier club d’Annecy en 1964 y invitait les Maîtres japonais pendant tout le mois de juillet pour diriger le premier stage International d’été en France : Maître TAMURA , Maître NAKAZONO , Maître TADA , Maître NORO, Maître ASAI , Maître ITCHIMURA ont dirigé ce stage de 1964 à 1977.

Fonctions : Gilbert passe le 1er Dan en 1972, il succède à Pierre Almand à la direction technique de l’Aïkikaï d’Annecy en 1973.

Moniteur Fédéral FFJDA en 1975 - Brevet d’État 2ème degré depuis septembre 1975

Délégué technique Régional Dauphiné - Savoie de 1975 à 1981

Diplôme Fukushidoin F.E.A en 1981

Animateur Technique National puis Chargé d’enseignement National FFAB depuis 1981.

Directeur technique de l’Aïkikaï de Cran-Gevrier depuis 1982.

Assistant Technique de la Fédération Espagnole : A.E.T.A (Asociacion Espanola de Técnicos de Aïkido) depuis 1992.

ACTUELLEMENT 7ème Dan

En janvier 2013, il reçoit le titre de Shihan.

 

biographie du site : http://www.aikikaidethones.fr

TÉLÉTHON 2013 Gilbert MILLIAT présentation


 

MILLIAT Gilbert

08/07/2014

MITSURU SOBUE

1943 Naissance a Nagoya.
1964 Inscription au club d’Aïkido de l’université d’études supérieures d’Aichi (Aichi Gakuin Daigaku).  
1965 Reçoit le 1er dan du fondateur Morihei Ueshiba. Devient le 3ème responsable des relations publiques du club. Participe à la rédaction des statuts de l’association des clubs universitaires d’Aïkido de la région Chubu.
 Départ pour les États-Unis de Mitsunari Kanai Shihan, envoyé par le Hombu Dojo pour enseigner à Nagoya.
 
1966 Reçoit le 2ème dan du fondateur Morihei Ueshiba. Après avoir fini ses études, il continue l’entraînement à la section Aïkikaï de Nagoya, au YMCA Nagoya, ainsi qu’au club d’Aïkido du journal Asahi Shinbun.
 Départ pour l’Angleterre de Kazuo Chiba Shihan, envoyé par le Hombu Dojo pour enseigner à Nagoya. Sobue Shihan reçoit alors l’enseignement de Norihiko Ichihashi Shihan et de Nobuyuki Watanabe Shihan venus à Nagoya en remplacement.
1969 Reçoit le 3ème dan du 2ème Doshu Kishomaru Ueshiba. Devient responsable de l’enseignement de la section Aïkikaï de Nagoya et du YMCA Nagoya.
1979 Reçoit le 4ème dan du 2ème Doshu Kishomaru Ueshiba.
1982 A partir de cette année il suit l’enseignement de Seigo Yamaguchi Shihan jusqu’à la mort de ce dernier. Il s’entraîne a l’université de Nagoya, l’université Meiji, au centre sportif de Nerima et au Zoshukan de Shibuya.
1984 Devient co-administrateur de la section Aïkikaï de Nagoya. Préside la réunion annuelle des ceintures noires.
1985 Reçoit le 5ème dan du 2ème Doshu Kishomaru Ueshiba.
1987 Étudie le style de sabre “Yagyuu Shinkage ryu” auprès du 21ème soke, Nobuharu Yagyuu.
1990 Afin d’étudier les techniques de Seigo Yamaguchi Shihan sur Nagoya, il crée l’association “Meirin-Juku” dont il est le représentant. Les entraînements ont lieu au centre sportif de Tsuyuhashi.  
1993 Reçoit le 6ème dan du 2ème Doshu Kishomaru Ueshiba.
1994 Participe au séminaire spécialement organisé pour les 70 ans de Seigo Yamaguchi Shihan.
1996 Après avoir enseigné au Hombu Dojo jusque dans ses derniers jours, Seigo Yamaguchi Shihan décède d’une maladie chronique qui s’est subitement aggravée.
La même année, Sobue Senseï invite Seishiro Endo Shihan à Nagoya pour un séminaire de recherche qui sera organisé chaque année depuis lors.
1998 Est nomme responsable de la section Aïkido de “L’Open Collège”de l’université d’études courtes Nagoya Bunka Tanki Daigaku où il enseigna 2 ans.
1998 En août, il ouvre son Dojo “Meirin-Juku Dojo” au 3-8-8 kanayama, Nakaku Nagoyashi dont il est toujours responsable, avec pour objectif d’approfondir l’étude des techniques de Seigo Yamaguchi Shihan.
2005 Reçoit le 7ème dan du 3ème Doshu Moriteru Ueshiba.

 

 tiré du site :  http://aikido.or.tv/french_page/

 

Sobue Mitsuru Shihan in Bordeaux seminar 2013


 

 

Sobue Mitsuru Shihan 7th Dan in Cestas 2007 1 of 2


Sobue Mitsuru Shihan 7th Dan in Cestas 2007 2 of 2


 

 

Meirinjuku Summer Camp 2012

 


 

 

LIENS SUPPLÉMENTAIRES SUR MITSURU SOBUE

ICI

 

07/07/2014

TAMURA SENSEÏ - INTERVIEW

 

Voilà un article d'Eric Grousilliat tiré de son site :

 

Budo Shugyosha 武道修行者

 

un site très intéressant avec des articles pointus et une réflexion sur la pratique des Arts Martiaux.

Cet article est consacré à TAMURA Nobuyoshi, son parcours, ses souvenirs... de même qu'O Senseï a fait évoluer sa pratique d'après guerre, Tamura Senseï a introduit dans sa pratique préparatoire des exercices de différentes disciplines bons pour lui.

 

Pour lire cet article, cliquer sur le lien ci-dessous :

 

"Tamura senseï, paroles précieuses"

 

TAMURA FIA 1980


05/07/2014

Norihiko ICHIHASHI

Norihiko ICHIHASHI.PNG

 

 Norihiko ICHIHASHI est né en 1940 à Tokyo. Il commence l'Aïkido en avril 1958 et intègre l'Hombu Dojo Aïkikaï au début des années 1960.
 En tant que 4°Dan, il enseigne au camp militaire américain de Zama, qui regroupe les militaires américains et leurs familles.
Après le départ de Nobuyoshi TAMURA en France, il participe  au journal "AIKIDO SHIMBUN" une newsletter publiée par l'Aïkikaï Hombu Dojo, qui relate les événements au sein du Dojo.
En 1965, il remplace  Seiichi SUGANO, parti pour l'Australie, au Dojo de Tachikawa, puis Kazuo CHIBA, envoyé en Angleterre, au Dojo de Nagoya.
Son Aïkido bien que puissant utilisait un minimum d'efforts, ce qui attira beaucoup de pratiquants. Il fut un enseignant suivi du Hombu Dojo.


Norihiko ICHIHASHI décéda le 4 mars 2001.

Il était 8°Dan Shihan

 

 

Ichihashi Norihiko Shihan In Action


 

 

Ichihashi shihan in March 1997


 
 

01/07/2014

Christian FOULON

Christian FOULON a commencé son parcours dans les Arts Martiaux en 1970 par le Judo.

En 1975, il est âgé de 15 ans quand il débute la pratique de l’Aïkido avec Alain Guerrier ainsi que le Karaté Shotokan.

C’est en 1982 qu’il décide de partir pour le Japon et il s’entraîne assidument durant 15 années à l’Aïkikaï de Tokyo avec à cette époque les grands Maîtres tels que Kisshomaru Ueshiba, Norihiko Ichihashi, Masando Sasaki, Seishiro Endo, Seigo Yamaguchi, Kisaburo Osawa, Nobuhiko Watanabe, Seijuro Masuda, Kenichi Shibata, Masatoshi Yasuno.

Au Japon, il s’intéresse aussi à d’autres disciplines comme le Karaté, s’entrainant au centre de Karatedo Shotokan de Tokyo. Il étudie également durant 5 ans les Arts internes chinois (Tai-chi, Xing yi et  Bagua Zhang) avec Maitre Su Dong Chen.

C’est en 1986 qu’il découvre le Shintaïdo et sa rencontre avec le Maitre fondateur Hiroyuki Aoki lui permet une étude assidue de cette discipline. Il devient Professeur diplômé du centre de Shintaïdo de Tokyo où il a enseigné pendant 6 ans.

Il étudie par ailleurs des méthodes de soin du corps comme le Shiatsu et le Seitai.

A son retour en France, Christian s’est installé près de Toulon (83). Il a fondé plusieurs associations qui dispensent des cours de Shintaïdo et il continue d’enseigner l’Aïkido. Il retourne régulièrement au Japon pour parfaire ses connaissances.

Christian dirige de nombreux stages et séminaires en France pour le développement de ces pratiques.

tiré du site : http://www.tenchi-budokan.com/index.php?option=com_content&view=article&id=79&Itemid=110

Site : http://shintaido-toulon.spaces.live.com

 

Je n'ai pas trouvé de vidéo de Christian Foulon, afin d'avoir une vue de son travail en Aïkido, mais je sais qu'il a pratiqué et animé un stage avec Philippe Grangé en 2012 à Gradignan au Cercle d’Aïkido et de Taijiquan de Gradignan.

voir photos sur le site de Philippe Grangé :

http://aikido.artsinternes-phgrange.com/multimedia/

Christian Foulon Shintaïdo


 

 

30/06/2014

Jean-Luc FONTAINE

J_L_Fontaine_2011.jpg

Jean-Luc FONTAINE, né le 5 mars 1948, était Professeur d’éducation Physique, 5°dan BE2 de Judo, avant de devenir 7° dan BE2 d’Aïkido au sein de la FFAB. Il pratiquait également le Iaïdo, 4°dan (BF2) et enfin le Kendo, 3°dan (BF2). Cet homme passionné d’Arts Martiaux, débute sa pratique de l’Aïkido en 1963. Enseignant émérite, il forme plus de 70 ceintures noires du 1er au 4ème dan.

DTR de l’UNA de 1978 à 1982, il deviendra responsable national de la FFAB de 1982 à 1990. Il assumera également le secrétariat de la Commission Spécialisée des Grades de la FFAB de 1984 à 1990. Il fut aussi : membre de la commission « haut niveau » de 1992 à 1999 ; membre des jurys des Brevets d’État (BE1 et BE2) de 1992 à 1996 ; membre de la commission « enfants » ; membre du Comité National des Grades (CNG) et de la Commission Spécialisée des Grades Aïkido (CSGA).

Depuis 1996, il était membre de la CCT, chargé d’enseignement national, (CEN), responsable des jurys d’examens de la FFAB. Il était, enfin, Membre de la Commission Technique Paritaire (CTP) de l’UFA et membre du Comité de réflexions et de propositions de la FFAB, au niveau de la région Midi-Pyrénées.

Shihan 6e Dan Aïkikaï - 7e Dan CSDGE -

Il est décédé le 8 Décembre 2012.

tiré du site : http://aikido-midipyrenees.org

Jean-Luc Fontaine

2008